People

Une vraie vie d’artiste : Nick Cave

13 septembre 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

L’auteur/compositeur/interprète est devenu au fil des années une référence dans le domaine de la musique. Flirtant entre les différents styles, il a su par son charisme et ses compositions s’imposer sur les scènes du monde entier et s’est aussi illustré par ses compétences d’écrivain, de scénariste mais aussi d’acteur.

Nicolas Edward Cave est né en Australie le 22 septembre 1957 à Warracknabeal. Il fait ses premiers pas dans la campagne de l’état de Victoria puis après un déménagement grandit à Wangaratta, une ville un peu plus importante. Entouré de son père Colin, professeur d’anglais et de littérature et de sa mère, Dawn qui exerce le métier de bibliothécaire, le jeune Nick évolue dans un environnement résolument littéraire. Autre particularité de ses parents, ceux-ci sont de fervents catholiques et inculquent les préceptes religieux à l’enfant qui en sera comme l’indique ses nombreuses références dans ses chansons fortement influencé. Il devient même choriste au sein du chœur de la cathédrale de Wingaratta.

En 1970, ayant quelques difficultés à se soumettre à l’autorité scolaire, il est envoyé en pension à la Caulfield Grammar School de Melbourne. Ses parents, l’année suivante déménagent dans la proche banlieue, Nick devient alors demi-pensionnaire et peut désormais profiter du piano familial. Soutenu par son professeur Normane Kaye chef de chorale de l’école, il intègre la formation et continue à travailler ses cordes vocales.

En 1973, avec la rencontre de Mick Harvey, Tracy Pew et Phil Calvert, il monte son premier groupe au nom évocateur de The Boys Next Door. En 1976, Nick Cave intègre la Caulfield Institute of Technology pour poursuivre des études de peinture mais abandonne l’année suivante pour se plonger entièrement dans sa passion : la musique. En 1978, Rowland Howard se joint au groupe en tant que guitariste. Vers ses 21 ans, le jeune chanteur est secoué par le décès brutal de son père lors d’un accident de voiture.

S’inscrivant clairement dans le style post-punk, ils deviennent rapidement une icône locale avant d’enchainer les concerts dans toute l’Australie. Vers 1980, ils décident de changer le nom du groupe au profit de The Birthday Party et déménagent ensemble en Europe en premier lieu à Londres puis à Berlin-Ouest. Nick Cave fait sa place sur la scène occidentale par ses prestations à base de sauts furibonds et d’hurlements déments soutenu par les riffs et les effets larsen. Ils sortiront 7 albums ensemble avant de se séparer pour des différents entre Nick et Rowland sur fond d’addictions.

C’est alors qu’avec Mick Harvey, ils décident ensemble de créer le groupe Nick Cave and the Bad Seeds qui comme son nom l’indique prédispose le chanteur au statut de leader. Le groupe enregistre leur premier album, From Her To Eternity en 1984. La même année, le compositeur prend la casquette d’écrivain et écrit son premier roman titré And the Ass saw the Angel dans lequel le lyrisme et les textes bibliques sont autant présents que dans les chansons du groupe.

Après avoir signé quatre albums de sa main entre 85 et 88, Cave quitte Berlin et s’exporte à Sao Polo au brésil où il y rencontre et épouse Vivianne Carneiro avec  laquelle il aura un fils en 1991. En 1993, il retourne à Londres et vit  près de Brighton avec son actuelle compagne, le mannequin Susie Bick qui lui a donné deux jumeaux.

Il se caractérise par les BO qu’il écrit notamment pour les films de Wim Wenders. Il s’illustre en même en temps qu’acteur aux côtés de Brad Pitt dans le film Johnny Suede. Il continue son parcours musical avec la parution en 1996 de Murder Ballads qui comme son nom l’indique a pour thème le meurtre et dans lequel il  fait deux duos l’un avec PJ Harvey avec qui il aura une brève aventure et l’autre avec Kylie Minogue dont le titre Where The Wild Roses Grow est un succès planétaire. L’année 98 marque la sortie d’un live et d’un best of mais aussi d’une compilation parue en Australie de Nick chantant avec d’autres artistes tels que Johnny Cash ou Léonard Cohen. Il effectue aussi régulièrement des tournées solos sans les Bad Seeds depuis 1990.

En 2003, suite à l’échec commercial qu’est Nocturama, Blixa Bargeld quitte le groupe pour se concentrer sur le sien, les Einstürzende Neubauten. Hormis Nick Cave, le seul membre original de la bande de nos jours reste Mick Harvey. L’année suivante, la sortie du double-album Abattoir Blues/The Lyre Of Orpheus remporte la critique.

En 2004, Nick toujours aussi attiré par le 7ème art, confirme sa plume avec l’écriture du scénario de The Proposition décrivant un western à la fois poétique et violent. En 2006, alors que le film est projeté sur les salles du monde entier, il fonde le groupe Grinderman où pour la première fois Nick  joue de la guitare. L’année suivante sort l’album dont un titre est extrait pour la BO du film L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford. Ils enchainent par Dig, Lazarus, Dig !!, inspiré du mythe de la résurrection de Lazare qui fut plutôt bien accueilli sur plan des critiques et commercialement. En 2009, le second roman de Cave est publié sous le nom de The Lonesome Death Of Bunny Monroe et projette aussi de réaliser un film nommé Death of Ladies Man.

Nick Cave sort  ce lundi 13 septembre un nouvel album intitulé Grinderman 2.

La série-évènement Treme débarque sur Orange Ciné Novo
La Maison de l’histoire de France fait déménager une partie des Archives Nationales
Tristan Karache-Prudent

One thought on “Une vraie vie d’artiste : Nick Cave”

Commentaire(s)

  • Grand artiste que ce Nick Cave, certains de ses textes sont vraiment angoissant mais toujours d’une très grande qualité !

    septembre 13, 2010 at 18 h 48 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *