People

Terreur blanche

19 août 2009 | PAR Yaël Hirsch

Comme chaque année, la fin du mois d’août amène dans les valises du retour des vacances le nouvel Amélie Nothomb. Une cuvée 2009 brève et sans grande inspiration.

nothomb

Le héros du nouveau roman d’Amélie Nothomb tente de se remettre d’un chagrin d’amour en se rendant intéressant. Au simple suicide du romantique, il préfère, l’éclat postmoderne du terroriste au bord d’un avion. Une formule somme toute banale pour avoir son quart d’heure syndical de gloire.

Pas la moindre trace de jalousie shakespearienne, ni de deuil pèlerin schubertien dans ce voyage d’hiver contemporain. Juste un employé moyen qui sans conviction s’apprête à faire sauter un avion pour se rendre intéressant. Son désespoir est bien amoureux et sa belle frissonne dans un appartement mal chauffé aux côtés d’une auteure au physique ingrat. Mais le romantisme d’arrête là et tout le reste n’est que terrible vide. On reconnaît la patte de Nothomb dans la velléité de faire la psychologie sans drame du terroriste peu inspiré, dans de jolis prénoms à coucher dehors (Astrolabe et Zoïle), et aussi dans le couple décalé que forment la dulcinée et l’auteure peu attirante qu’elle a pris sous son elle. Avec son étalage navrant d’aphorismes faciles, l’opus 2009 manque sévèrement d’inspiration. Point positif : le roman ne fait que 133 pages écrites en très gros caractères. Cela vous prendra donc environ une heure et demie de temps pour pouvoir en parler en connaissance de cause lors de vos dîners de septembre.

Amélie Nothomb, « Le voyage d’hiver », Albin Michel, 15 euros.

« Ca me rappelle ma nièce Alicia, quatorze ans. Cette gosse est installée devant MTV depuis sa naissance. Je lui ai dit que si elle mourrait, elle verrait défiler un vidéo clip qui commencerait par Take That et se terminerait par Coldplay. Elle a souri » p. 12

Un nouveau Weezer pour l’automne
Credit Crash
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *