People

PSE: Le roi du zouk est mort

20 septembre 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Patrick Saint-Eloi est mort à l’âge de 52 ans samedi 18 septembre dernier à Moule près de Point-à-Pitre des suites de son cancer. Le chanteur guadeloupéen avait notamment fait partie du fameux groupe de zouk Kassav avant de se lancer dans une carrière solo en 2002.

Motivé à devenir un artiste à part entière, il quitte ses terres natales à l’âge de 17 ans pour rejoindre Paris. Travaillant le soir et la nuit dans des bars et des boites de nuit, il apprend à maitriser sa voix le jour en prenant des cours de chant et finit par rencontrer Georges Décimus avec qui il fonde et devient le leader du groupe Venus One. En 1982, il s’embarque dans l’aventure Kassav dans lequel il évolue en tant que choriste puis comme crooner pendant 20 belles années allant de succès en succès.

Avec comme premier succès « West Indies » en 1985, il devient dés lors l’une des icônes du genre et est inséparable de Kassav. Seulement en 1999, il effectue une représentation à l’Olympia de Paris où il chante seul sur scène à guichets fermés. L’idée fait son chemin et en 2002 il quitte le groupe pour poursuivre une carrière solo et parvient en 2007 à remplir le Zénith pour fêter ses 25 ans de métier. Il est bon de préciser que le guadeloupéen a toujours tenu à ne chanter qu’en Créole.

Le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, a fait une déclaration en forme d’hommage ce dimanche : « Inscrit dans une culture guadeloupéenne, fidèle à ses racines et à ses origines antillaises, il incarne un artiste qui tout en étant attaché à la langue créole, a cherché à concilier identité et ouverture, singularité et universalité ». Depuis samedi, les radios locales ne diffusent plus  que des titres de Patrick et les deux chaines antillaises ont consacré des émissions à base de reportages et de témoignages sur le chanteur.

Les cercles vivants de Gabriel Orozco au Centre Pompidou
Critique de Suite(s) impériale(s) de Bret Easton Ellis
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *