People

L’effet Susan Boyle – Star malgré elle

17 avril 2009 | PAR Erwan

images-13Susan Boyle était inconnue jusque-là. Avec son physique disgracieux, sourcils épais, double menton, plus qu’en chair, sans forme, cette écossaise se présente à la Britain’s got talent, l’équivalent de Incroyable Talent en France, devant un Jury plus que moqueur,  sceptique et snob mais surtout dubitatif, et un peu méprisant. Lorsqu’elle se met à chanter, « I dreamed a dream »,  la réaction du public est immédiate. Les préjugés du jury sont pulvérisés. Elle réalise une véritable performance. L’ovation est instantanée.

Elle prétend ne rien avoir pour elle. En plus de son physique, elle est célibataire (elle n’a « jamais embrassé ni garçon ni fille« ), elle est au chômage. Elle a 47 ans. Et elle veut devenir une chanteuse professionnelle. Que c’est beau ! Ça laisse pantois. Une belle légende qui nous arrive dans les bras pour être mise sous les projecteurs. Voici donc ce que la télévision anglaise sait produire, et ce que la France ne parvient toujours pas à faire : scénariser autour du commun des mortels pour créer une légende, donner la chance de l’espoir au peuple que nous sommes.

Dans un mois un an, tout le monde l’aura oubliée. En attendant, en quatre jours, treize millions d’internautes sont venus visiter sa page sur  des sites de partage de vidéos.  On est très loin de Yelle, production française, et de sa soupe savonneuse à la sauce Patrick Le Lay, pour libérer le temps de cerveau disponible pour des marques de Soda. Ça se laisse écouter dans l’ascenseur quand  Céline Dion reste figée à Las Vegas. En attendant, c’est beau, parce que tout comme deux amoureux pas très beaux qui se tiennent la main ont déjà ça de plus sur tous les autres : l’amour. Et Susan Boyle vient de trouver l’amour d’un public. Demain, on l’oubliera malgré son bel organe. Elle se fera liposucer, lifter, recoudre  à Miami, avant de trouver son René dans un parc à Las Vegas. En attendant, ne cassons pas ce rêve, nous avons tous une ménagère de moins de soixante ans dans notre cœur.

Erwan Gabory

Pour les anglophiles, sept minutes de découverte. Pour ceux qui n’ont pas le Topics, l’occasion de s’entraîner, et pour les autres, il suffit de bouger le curseur en bas :)

Hadopi : une manifestation le 25 avril
6 Milliards d’autres à Rennes
Erwan

9 thoughts on “L’effet Susan Boyle – Star malgré elle”

Commentaire(s)

  • Jean-Marc Coutu

    She sing like a angel…

    avril 17, 2009 at 19 h 25 min
  • gabory

    We both agree :)

    avril 17, 2009 at 20 h 54 min
  • Djiproh

    j’ai été ému lorsque je l’aie entendue chanter
    en tout cas sa sublime et suave m’a emballé
    j’espere qu’elle pourra enfin réaliser son rêve de devenir chanteuse professionnelle. Que Dieu la garde

    mai 22, 2009 at 20 h 25 min
  • Djiproh

    j’ai été ému lorsque je l’ai entendue chanter
    en tout cas sa sublime et suave voix m’a emballé
    j’espere qu’elle pourra enfin réaliser sn rêve de devenir chanteuse professionnelle. Que Dieu veille sur elle

    mai 22, 2009 at 20 h 34 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *