People
Disparition de Françoise Cachin, la « Madame Musée » française

Disparition de Françoise Cachin, la « Madame Musée » française

07 février 2011 | PAR Floriane Gillette

La vie de Françoise Cachin est indéniablement liée à l’histoire des musées français. Petite fille de Marcel Cachin, un des fondateur du Parti Communiste Français, et du peintre Paul Signac, elle hérite de la volonté de lutte pour ses idées et de l’amour de l’art.

Françoise Cachin commence sa carrière comme conservatrice du Musée National d’Art Moderne, puis du Palais de Tokyo et du Centre Georges Pompidou. Mais le projet le plus important de son parcours reste le Musée d’Orsay. Dès 1978, elle participe à la création du musée et en prend la direction à son ouverture en 1986. A partir de 1994, cette historienne de l’art quitte ses fonctions à Orsay pour faire honneur à la proposition du ministre de la culture de l’époque Jacques Toubon. Elle devient alors directrice des Musées de France et fonde la FRAME (« French Regional and American Museum Exchange ») en 1999, il s’agit d’une coopération et d’un système d’échange entre musées français et américains.

Une conservatrice qui a aussi consacré sa vie à des engagements importants et non sans conséquence. En 2006, dans une tribune publiée dans le Le Monde, elle exprime son désaccord pour la construction d’un éventuel Louvre à Abou Dabi.  Elle incarne rapidement le chef de  file de cette contestation. Mais sa liberté de ton dérange et elle se voit remerciée du conseil artistique des Musées Nationaux puis de la Présidence de l’association culturelle franco-américaine. Françoise Cachin juge la décision du Ministre Donnedieu de Vabres arbitraire.

Au delà de cette prise de position contre la politique commerciale des musées, Françoise Cachin a écrit de nombreux ouvrages sur la peinture notamment sur le travail de son grand-père Paul Signac mais aussi sur Edouard Manet, Paul Gaugin et Georges Seurat.

Agée de 75 ans, Françoise Cachin s’est éteinte dans la nuit du 4 au 5 février.

 

 

 

Rencontre avec la petite-fille de Ladislas Starewitch, virtuose du cinéma d’animation
Blues : rencontre de The Hub et chronique de A Sleepless Night
Floriane Gillette

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture