Mode
Vive les marié(e)s!

Vive les marié(e)s!

17 septembre 2014 | PAR Audrey Altimare

Connue pour ses défilés extravagants, Betsey Johnson a une fois de plus défrayé la chronique. Faisant place nette à l’égalité, la créatrice a tout de même pointé du doigt un problème sociétal voire politique, et elle n’est pas la seule.

Le 10 septembre dernier, Betsey Johnson a marqué la Fashion Week de New York en présentant sa nouvelle collection Prenup (Contrat de mariage). Véritable ode à l’égalité, le défilé met en scène tout ce dont la société regorge en diversité. Se suivent ainsi couples homosexuels, mannequins transgenres comme Isis King, ou encore Drag Queens, le tout entrecoupé de nombreuses robes de mariée aux couleurs métalliques. Pour la créatrice il s’agit ici d’une « question de liberté », ayant pour objectif de proposer un défilé « branché et transgenre ». Mais fait exprès ou non, cette présentation fait aussi échos à l’actualité politique américaine. Quelques jours plus tard, la Cour Suprême des Etats-Unis annonçait inscrire le mariage homosexuel au tableau de leur conférence de rentrée, laissant peut-être présager une constitutionnalisation de la question. A ce jour, sur les 50 Etats que compte le pays, 17 d’entre eux interdisent le mariage homosexuel et 19 l’autorisent, l’affaire faisant encore débat dans le reste du territoire.

Même si cette initiative américaine est à saluer, elle n’est pas la première. Alors que la société française se divisait face au projet de loi mariage pour tous, Karl Lagerfeld avait fait le choix de clôturer le défilé Chanel Haute Couture printemps/été 2013 par un couple de femmes en robes de mariée accompagné d’un enfant. Plus récemment encore, Jean-Paul Gaultier a, lui, invité Conchita Wurst, controversé gagnant transgenre de l’eurovision, à clore son défilé Haute Couture automne/hiver 2015.

De par leur audace, les créateurs parviennent aujourd’hui à faire entrer la mode dans la sphère politique en la transformant intelligemment en porte drapeau de la pluralité et surtout de l’égalité.

La sélection cinéma de la semaine du 17 septembre
Les intermittents du spectacle déposent un préavis de grève pour le 1er octobre
Audrey Altimare

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *