Mode
Tendance : Le skate- style

Tendance : Le skate- style

08 février 2014 | PAR Dorothee Chiara


Les 90’s sont bel et bien de retour ! La mode grunge s’immisce chez la plus parisienne des maisons de couture : Saint Laurent. Rien d’étonnant alors à voir l’influence du skateboard s’inviter dans les looks les plus pointus. Cette fois, la rue monte jusqu’aux podiums et non l’inverse. Un vent de liberté importé de Californie souffle l’inspiration aux créateurs.

California dreamin’

Issue des cultures populaires californiennes des années 70, la mode « skate » s’internationalise vite. Van’s, baggys et sweat : l’attirail du skateur devient l’uniforme des jeunes nés après les années 80. Il revient en force par petites touches, entre les défilés et les looks de street-style. Grand initiateur du mouvement : Hedi Slimane. Le créateur à la tête de Saint Laurent, connu pour avoir réintroduit le slim dans les placards, ne se passionne pas uniquement pour la scène rock. Il vit à Los Angeles où il côtoie le cinéaste Gus Van Sant, avec lequel il partage une fascination pour l’adolescence rebelle et insouciante, celle de Californie, celle du soleil et des skateurs. Il dévoile son thème de prédilection à travers ses photographies en noir et blanc où il capte les attitudes des jeunes skateurs de LA. Il n’en fallait pas plus pour qu’Emmanuelle Alt, rédactrice en chef de Vogue Paris, fasse porter dans les pages du magazine ce fameux look « roller girl ». Aux pieds de la top Iselin Steiro, on retrouve les fameuses chaussures Dolfie associées à un baggy, des protèges genoux et un skate usé à la main. Tout ça, c‘était en 2010. Dès lors, la vague ne cesse de grandir. La marque Céline pour sa campagne de pub en 2011 fait poser Daria Werbowy, un skate sous le bras, et tout le monde trouve ça normal. Pourquoi les femmes ne pourraient- elles pas rouler en skate tout en arborant un total look Céline ?

De la rue au luxe

chanel hc

Plus qu’une mode, c’est un art de vivre que le skate véhicule et c’est donc un art de vivre que la mode reprend à son compte. Aujourd’hui le look « skateur » s’est peu à peu banalisé. Van’s, la marque de baskets emblématique des skateurs californiens est aujourd’hui un « basique » que chacun se doit d’avoir dans son placard. Tellement basique que Kenzo collabore avec la marque en créant ses propres imprimés. La marque Céline ne veut pas être laissée pour compte et crée des « skate shoes » épurées. Totalement « skate chic », elles sont également déclinées en python, astrakan ou poney. Le luxe appelle le luxe et Chanel fait défiler ses mannequins lors de la prestigieuse semaine de la Haute Couture, affublées de genouillères, de protège-coudes et exhibant fièrement des baskets aux pieds. La femme Chanel achète sa « coolitude » à prix d’or alors que Givenchy remet le baggy au goût du jour sur le top Mariacarla Boscono lors du dernier défilé Hommes.

 

CHINESE_1a

C’est au tour de la fameuse planche à quatre roues d’opérer un léger relooking. La créatrice française Isabel Marant avait déjà imaginé un skateboard en bois en collaboration avec le label Héritage pour l’ouverture de sa boutique californienne. La créatrice du blog Stop it right now eu ensuite la brillante idée de mêler ses deux passions, la mode et le skate, en copiant les imprimés des défilés Céline sur des skates en édition limitée. Kanye West fut immédiatement fan. Plus cool, tu meurs. Le skate change de nom pour le designer australien Nick Thomm qui le rebaptise « Skate Moss » et dévoile une planche qui représente un collage de la célèbre mannequin. Le skateboard se mue lentement en objet d’art à accrocher au mur, laissant un goût d’amertume au sein de la communauté des skateurs.

Un style « poseur »

visuel: capture d'écran défilé Jeremy Scott Fall 2013

Le terme de « poseur », inventé par les vrais skateurs désigne ceux qui revêtent le style sans savoir monter sur une planche. Et quand Jeremy Scott copie l’artiste de skate Jim Philipps qui peint sur les planches, pour les imprimés de sa collection, il crée une polémique et essuie les critiques de la part de ceux qui voient leur artiste trahi. Le skateboard devient un objet de collection et les produits, souvent trop chers pour les vrais skateurs, ne peuvent même pas être achetés par les principaux intéressés. Les poseurs envahissent l’univers du skate et reprennent les codes de ce mouvement qui se retrouve jusque dans les défilés. Les skateurs ne porteront sans doute jamais de protège- genoux Chanel mais resteront les puristes praticiens face aux consommateurs dénués de fougue mais sans doute pas de style.

Visuel à la une : @Hugh Holland
Visuel galerie : photo 1 : Céline publicité, photo 2 : site Kenzo, photo 3 : site Céline, photo 4 : Nick Thomm product
Visuel 1 : site Chanel
Visuel 2 : Stop it right now product
Visuel 3 : Capture d’écran. Défilé Jeremy Scott Fall 2013

[Live report] Moodoïd et Phoenix au Palais des Sports
Berlinale, jour 3 : Monuments men ratés, Schiller en ménage à trois kitsch et « Love is strange », un bijou de film sur le couple
Dorothee Chiara

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture