Mode
Rock en Seine, détour de style en musique

Rock en Seine, détour de style en musique

25 août 2013 | PAR Mariska Konkoly

Rock-en-Seine-2013Sur la scène comme sur la terre poudreuse, les démonstrations de style ont été nombreuses. Du trench long et tombant pour pallier  la pluie, du mini-short en veux-tu en voilà et les chemisettes imprimées de Franz Ferdinand ; petit précis des tendances musicales.

Au son des guitares et des fortes intonations électroniques, les projecteurs illuminaient une foule pressée, les mains levées aux cris joliment fanatiques, qui ne boudait pas leurs looks, orientation très rock of course. Un public féminin qui a opté à la très grande majorité pour le three pieces suit des temps modernes, comprenez : short – top crop – bottes. Pour les options et les accessoires, la couronne de fleurs a fait sensation sans oublier le port bien porté du chapeau de paille léger en vue de lunettes noires sous la canicule du premier jour de festival. Gâtant le ciel d’une pleine lune fantasmagorique, et de gouttes parsemées, c’est l’heure de la parka ou du trench qui a sonné. Décliné alors de mille façons, le k-way s’est fait l’hôte de style de cette saison.

Chez nos artistes, la sobriété a été majoritairement de mise, la musique habillant leur voix et leur style incomparable, toujours reconnaissables en rythme. Néanmoins, Stuart Murdoch, le chanteur Belle & Sébastian optait pour le pantalon bleu roi et le t-shirt blanc pour se métamorphoser en off, appréciant les sonorités de Johnny Marr en total look black et lunettes noires, garantissant son anonymat et profitant des autres plaisirs musicaux du festival. Paul Kalkbrenner, fidèle à lui même et à ses passions arborait le maillot de foot. Mais notre clin d’oeil va tout droit à Franz Ferdinand, où le groupe s’immisçait dans la veine Beach Boys, chemisettes retroussées aux imprimés arty et psychédéliques. Pour Phoenix, une signature parisienne, chic et classique mais toujours rock et Daughter, un brin année 60 et de noir vêtu.

Visuel (c) : DR

L’agenda culturel de la semaine du 26 août
Freja Beha, capsule collection pour Médecins sans Frontières
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *