Mode
[Live-Report] Interfilière / Mode City, quoi de nouveau côté maillots et lingerie ?

[Live-Report] Interfilière / Mode City, quoi de nouveau côté maillots et lingerie ?

05 juillet 2015 | PAR Yaël Hirsch

Rendez-vous international des professionnels de la lingerie et du swimwear, Mode City pour les marques et Interfilière pour les matières investissent du 4 au 6 juillet la Porte de Versailles, à Paris. L’occasion de faire le point sur quelques tendances phares qui marqueront les deux prochaines années.

Coquet et très bien organisé ce grand rendez-vous bi-annuel de la lingerie et du swimwear réunit les 450 marques du monde entier, ainsi que 280 spécialistes de tissus, dentelles et accessoires pour la lingerie et les maillots. On entre par les marques et Mode City, et on rejoint un jolie espace de restauration aménagé en plage sur la droite. Tout l’espace du fond est réservé à Interfilière et aux matières premières. Quand on navigue dans l’ensemble de ce salon rythmé par des conférences et des défilés énergiques sur les stands et dans un grand espace sombre dédié,les grandes tendances se repèrent facilement.

Une place acquise pour les hommes
On les trouve aussi bien sur le catwalk des grands défilés qu’en « dandys » modernes à l’espace tendance d’Interfilière. Ils ont même leur espace réservé, notamment pour les maillots, près de « la plage ». Les dessous chic, c’est aussi une préoccupation masculine et c’est désormais un fait !

Tissus et technologie à la pointe de ce que l’on va porter
Cela fait longtemps qu’on a dépassé les simples gaines. Les tissus, les dentelles et les élastiques ne cessent d’évoluer et de transformer par « les dessous » notre vie quotidienne. La lingerie connectée qui monitor nos efforts, aussi bien que l’Underwear qui soigne après une opération lourde ou une brulure grave, sont autant de chapelles d’avant-garde qui rayonnent vers le raffinement des matières du quotidien. Cette année, la firme Eurojersey a été élu créateur bain parce qu’il parvient avec excellence à faire le lien entre ses « sensitive fabrics » (tissus high-tech), qui empêchent la transpiration et l’humidité de rester, un joli grain et des couleurs pour un rendu très raffiné. Le tout, utilisé avec sophistication par de nombreuses marques de maillots. Dans le même esprit, la grande tendance « active wear », prisé par les newyorkaises qui se baladent tous les jours avec des habits souples et légers pensés par le yoga, atteint les dessous. C’est donc au quotidien qu’on se met à porter culottes et soutiens-gorges qui maintiennent le corps pour un effort léger, à travers des matières intelligente et des lignes épurées. Une des marques-phares de cette tendance aux textiles techniques est le canadien Lulu Lemon, qui a explosé depuis sa création en 1998.

Maillots et lingerie se mêlent mieux que torchons et serviettes
Si du côté maillot, on prépare déjà l’été 2017 sur le salon, et que la lingerie voudrait se décliner aux besoins de toute l’année, les frontières sont désormais brouillés entre l’air et l’eau. Peut-être est-ce lié à la technicité grandissante des matières, mais le salon ne sépare pas maillots et lingeries. Surtout dans les défilés où même si l’on parle de « route de la soie », l’on voit les maillots Sunflair, Michael Kors ou Maryan Mehlhorn se mêler joyeusement à des déshabillés Luna di Seta, Simone Pérèle ou Rosy. Et les marques pratiquent l’un, l’autre ou très souvent les deux, ce que l’on voit particulièrement du côté des marques brésiliennes, à la gauche du salon. De même, la tendance « dessous dessus » s’est totalement normalisée et la marque Vanina Vesprini qui nous enjoint de montrer nos dessous de soie au grand jour fait même désormais des petites robes pour enfants. A quand les vêtements uniques, élégants, sexys et tous connectés à notre ordinateur, pour le lit, le bureau et la piscine?

Le rétro revu et corrigé pour les années 2020
Le grand défilé d’honneur prévu à la piscine Molitor le dimanche 5 juillet pour fêter le 69ème anniversaire du Bikini (avec des pièces de collection) est le morceau de bravoure d’un salon où le rétro était roi. Pour le meilleur, avec des exposants qui ont su réinterpréter des classiques indispensables : par exemple l’audace d’un bonnet de bain qui protège les cheveux et transforme celle qui le porte en femme-fleur chez Fashy, le chic d’une descente de lit en soie et plume chez Felice Art Couture ou le pratique d’une jarretière où l’on glisse sont téléphone avec GirlyGoGarter. Mais parfois, au salon, au détour d’un Carnet de tendance central où c’est la dentelle noire qui donne le pouvoir du sexe à une femme « empowered » ou du défilé « route de la soie » du 11 juillet où – homme et femme- aucun cliché de l’orientalisme n’a été épargné (tout l’orient a défilé de l’Inde coquine à l’Afrique bien roulée en passant par le Maghreb mystérieux et la Chine exotique), le rétro est moins sympathique. Malgré bien des avancés technologiques, les fantasmes liées à la lingerie restent eux un peu passéiste….

Visuels : affiche Interfilière et photos © YH

Infos pratiques

[Avignon Off] Petit-Bleu et Petit-Jaune, le monument de la culture jeune public entre au théâtre
[Sortie dvd ] « Bas les masques », de Richard Brooks: Boggie tente de sauver un journal
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *