Mode
La sélection du mardi : sandales idéales et joyaux de pieds

La sélection du mardi : sandales idéales et joyaux de pieds

18 juin 2013 | PAR Mariska Konkoly

sandalesL’heure est venue de sortir à découvert, la botte se meurt derrière la chaleur, assoiffant les pieds émus qui désirent fouler le sable chaud et dessiner en ombrelles des formes ajourées. La ballerine est déchue, la basket reste forte et c’est le dictat de la lanière qui construit son empire. Elle est ainsi romaine, voire presque helléniste, tantôt pailletée et éclatante, tantôt tortueuse et languissante, elle s’amuse de plastique et de mignonnes attaches, la voici alors la sandale de toutes les envies. 

L’animalière. Le vent ramène des airs de Sahara, du sable chaud et des panthères qui se détournent en brides particulières. La forme n’en a que faire, qu’elle soit en lanières du dessus, en bride unique sur le pied, le motif animalier se fait l’ornement de la sandale à plat. Chez K-Jacques, elle s’allie avec le fluo sous des regards dessinés, la très chic griffe devient emblème et icône, qui nait sous les traits du made in France artisanal sur les côtes de Saint-Tropez.

L’helléniste. Comme un classique, la spartiate raconte des histoires grecques, se joue des dieux romains et s’amuse de lanières démultipliées, qui se lovent sur les chevilles. L’accumulation est maîtresse de cette tendance qui aime à se nommer Hermès. Ancient Greek Sandals parcoure ses sandales volantes d’ailes dorées et argentées qui appellent à l’ère du messager. Les créateurs s’adonnent au cuir mat et velouté, comme chez Alaia en précis de jolies choses, ou encore chez Haider Ackermann qui offrent à nos pieds le vent de la métamorphose découpée.

La joaillière. Elle est particulière et brillante sous la houle des pierreries, des paillettes bondissantes qui  en reflets et  miroirs du soleil font briller les gambettes élégantes. Loin du bling, c’est la parcimonie qui orne, c’est le joyau qui s’allie à la bride éphémère en métaphore de la sandale bijou de pied et opale des ongles décorés. Chez Miu Miu, c’est l’icône pailletée qui s’évade en nuances, nouant avec amour les formes. La pierre incandescente palpite sur  les lanières de Musa, aux rubis et saphirs de lumières, s’imprime de lignes baroques et opulentes.

La transparente. Le plastique s’amuse de couleurs fluorescentes, en brides invisibles qui rendent aux couleurs « néonphiles » leur joie de bonbonnière. Le contraste ainsi mat, ainsi opaque se fait colorama effervescent. O joie estivale qui propose l’invisible en style de la bride. La matière se fait singulière et signature chez Melissa qui s’allie à Jason Wu au contact d’une ligne épure et irréel autour d’une collaboration joyeuse et « plastique », qui jamais ne fond au soleil.

Légendes : Sandales tissées à paillettes, Charlotte Olympia. Sandales en cuir fini pailleté, ornées de cristaux, Miu Miu. Spartiates en cuir lavé, Haider Ackermann. Sandales cage en cuir verni,  Alaia. Sandales en cuir à découpes, Chloé. Sandales en cuir métallisé, ornées de cristaux, Musa.  Sandales ailées en cuir métallisé Ikaria, Ancient Greek Sandals. Sandales en cuir, K-Jacques Saint-Tropez. Sandales en caoutchouc, Melissa et Jason Wu.

Visuels (c) : DR

 

[Live report] These New Puritans au Café de la Danse : pop anoblie et rock obscurci
Nouvelle campagne YSL dévoilée par Cara Delevingne
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *