Mode
La sélection du mardi : quand la mode fait « bouh » !

La sélection du mardi : quand la mode fait « bouh » !

29 octobre 2013 | PAR Mariska Konkoly

selection du mardi 1Quand la tendance s’allie magiquement avec l’actualité, c’est un plaisir des plus certains. Alors que l’orange rime avec orage, têtes de citrouilles éventrées qui rient en chamade et cris de peur dans la nuit noire. Le grand « H » hurle des squelettes devenus rock’n roll, image radiographique devenues contemporaines et élégantes, petites bestioles adorables qui courent sur les circuits vestimentaires, c’est l’air d’Halloween qui souffle dans le cou froid des colliers enchaînés. Majuscule d’une tendance qui ne fait pas peur, et dont Beetlejuice semble être le fameux inspirateur.

Les souris n’ont pas de cheveux. Animaux de la nuit, dents pointues qui nourrissent l’imaginaire, ailes déployées qui forment une ombre incertaine, démultipliée par milliers, la volière de la peur n’a de cesse de se confondre en pluralité de styles. En voila de partout, sur jupe pliée, ainsi elles s’étendent, les chauves-souris amusantes, bestiaire joli allant riantes et silencieuses. Rempants, aussi, les scarabées aux couleurs de l’émeraude, reflets des lacs sombres, eau douce et sinueuse qui s’immiscent avec discrétion sur les pochettes.

A noter : la jupe Topshop qui complète la parfaite tenue joyeuse des festivités de la nuit des songes et la pochette Lanvin, aussi.

la selection du mardi 2De rayures et de blancs. L’art graphique, toujours le vent en poupe, punk attitude of course, souvenir d’années passées, plonge ses souvenirs dans les nineties, habille d’effluves optiques les pantalons et les toiles étendues comme sur les fils moulés, structures sculptées par les charmantes bêtes à pattes velues. L’araignée ainsi oeuvre et met en fumée les imprimés, repose son décor plastique sur les leggings construits de noir et de blanc.

A noter : les pièces Monki dont nous raffolons absolument, le legging en carré hypnotisant, la petite robe de fête tissée de fils argentés.

Qui se porte, se pique. Large chaussure avenante, motarde oui et indispensable, cet hiver c’est encore un imprenable qu’il faudra porter. Et pour la soirée des âmes, citrouilles qui sourient, et bottes montées de piques. Gothique mesure en noire, qui se porte en accumulation, toujours cette dark obsession construite sur le devant du pied. C’est l’heure alors de la botte de moto, cavalière si peu, qui joue avec pics volants et décuplés.

A noter : les Saint Laurent, « punkophile » sublimes.

A la lumière du réverbère. Nos coups de coeur pour une soirée au vent des ombres, sorcières
et chats de gouttières ne sont plus, Batman vole au vent mais c’est l’oiseau de nuit, qui emporte la bataille. L’aigle noir se porte en précieuse armure chez Topshop, corneille du soir qui crie au loup. urban outfittersEt derrière les tombes, claudiquant sans bruit, déstructuré et sans crâne, c’est l’heureux squelette qui apparait en miroir chez Urban Outfitters. Et joie de l’accessoire, retrouvé sur les têtes, la capuche assortie en oreilles de chat, gris, il miaule sans voix et trouve son couvre-chef chez Asos. Un seul mot d’ordre pour cette sélection : trick or treat ?

Légendes : Legging en coton, Monki, 25 euros. Robe imprimée à motifs, Monki, 40 euros. Bottes en cuir cloutées signature Rangers, Saint Laurent, 1 695 euros. Petite cap en plumes, Topshop, 117 euros. Débardeur motif os, Urban Outfitters, 40 euros.Chapeau en feutre muni d’oreilles, Asos, 24,26 euros.Pochette en satin imprimée scarabées, Lanvin, 350 euros. Mini jupe motif chauve-souris, topshop, 40 euros. Sac en toile Monki, 10 euros.

Visuels (c) : DR et Urban Outfitters.

Mademoiselle Else par les tg STAN, une admirable simplicité
[Critique] « Un Château en Italie » de Valéria Bruni-Tedeschi, un film familial d’inspiration tchekhovienne
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *