Mode
La sélection du mardi : premières impressions et leçons estampillées

La sélection du mardi : premières impressions et leçons estampillées

16 juillet 2013 | PAR Mariska Konkoly

Capture d’écran 2013-07-15 à 17.48.27Le choix, bien particulier du motif, dessine des formes parfois contemporaines qui au-delà de l’abstraction deviennent souveraines d’une tendance habillée. Un balayage fameusement étudié  qui parsème les affres de l’été avec une attention soignée. Un code exploité à la façon artistique, qui ébranle des herbiers et secoue des petites fleurs sous une douce géométrie éprouvée.

Pure nature. Des étincelles de ramifications en intraveineuse de la sève « modesque », l’arbre et ses feuillages romanesques étirent avec un désir efficace les imprimés imagés. Un herbier fou qui s’invite en flou dévoré et en impressions photographiques déjà longuement étudiées chez Mary Katrantzou. Un alliage hautement naturel qui capture des paysages en pastel, devenus impressionnistes qui renouvellent sans cesse l’imprimé joliment florissant.

Pour les puristes de l’académie botanique et autres biologistes convaincus, sachez que le « wild print » s’aventure dans des contrées lointaines, et porte en flambeau le tyrannosaure ! Dernière nouveauté qui fait palpiter les cœurs archéologues et affiche des squelettes et des « Denver » attendrissants sur des t-shirt imprimés.

Géomètre. Et maître de l’abstraction tortueuse et complexe qui sous l’angle du triangle fameux rappelle les lois mathématiques et graphiques. Des codes, estompés sous le signe de la ligne sans pointillés qui pointe du doigt les carrés et les sphères dansants alors avec une grande harmonie. Un appel à l’ère contemporaine et minimaliste qui prône le concept par la forme, la forme pour le concept.  Et si la suède semble être l’acteur majeur de ce rond de jambe et de ces points carrés, Monki et & Other Stories ne loupent pas le coche du print graphic version 90’s !

Artiste maudit. Qui porte sur son cœur les pages historiques de ces plasticiens magiques alors détournés. La tendance s’amuse de démultiplications et de prints authentiquement reproduits comme la Sixtine Chapelle ou des oeuvres du moment : Keith Haring en affiche du MAM et du 104 se démultiplie en produits dérivés aux messages forts. La photographie et l’arty mix n’est pas en reste non plus et Carven qui redouble de caractère et d’inventivité, découpe des souvenirs sixties en songes.

Destination péruvienne. Et point fort de l’impression pour la collab’ qui réunit la griffe Mate et le photographe Mario Testino autour d’une capture imagée haute en couleurs et en imprimés réalistes. Le Perou s’invite sur la manche courte, épiphanie d’une civilisation aux colorants majestueux et chatoyants qui voyagent à travers le print d’ailleurs.

 Visuel (c) : DR et Roseanna.

Légendes : T-shirt en jersey de coton mélangé, Mario Testino pour Mate. Veste en brocart fleuri et dentelle, Dolce & Gabbana. Jupe trapèze en laine mélangée à imprimé collage, Carven. Robe en jersey de soie imprimée, Mary Katrantzou. Bustier en coton et lin, Alyson Fox et & Other Stories. Robe en viscose imprimée, Monki.

 

 

 

 

 

Un premier clip psyché et surréaliste pour le projet Burning House
Gaël Faure, portrait d’un jeune talent au coeur des chantiers des Francofolies
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *