Mode
Kristina Fidelskaya marque une pause

Kristina Fidelskaya marque une pause

02 octobre 2019 | PAR Cloe Assire

Le lundi 30 septembre, au sein du Palais de Tokyo, la créatrice Kristina Fidelskaya, établie à Dubaï depuis 2014, présentait sa collection prêt-à-porter printemps-été 2020 intitulée « La Pause ».  Un véritable appel pour revenir à l’essence féminine, selon la personnalité de chacune d’entre nous…

« La Pause est une collection imaginée à partir d’une prise de conscience reposant sur  l’assimilation entre ce que l’on est et la quête de ce que l’on veut devenir. Un temps d’arrêt entre passé et futur, ce moment dans notre vie où l’on se trouve soi-même. C’est une réflexion menée sur ma vision de la féminité moderne. Nous voulions créer quelque chose qui laissait le choix à la femme, qui faisait sens pour son bien-être et qu’elle puisse ainsi porter avec conviction et bonheur » nous explique Kristina Fidelskaya.

Alliant pureté et féminité avec des coupes modernes, cette collection fait donc souffler un air de romance et de confort sur cette garde-robe imaginée pour la saison prochaine. Nombreux sont les vêtements aux coutures non apparentes, à l’origine d’apparences simples, dans le but de proposer des solutions pour un style de vie moderne, tout en efficacité.  « La Pause » est  donc un manifeste déclarant l’oubli du superficiel dans le seul but de conserver l’essentiel.

Le défilé oscille entre pièces structurées, avec des tissus épais comme le jacquard, et textiles fluides, particulièrement légers et aériens. La gamme colorée se compose d’un camaïeu de beiges, rythmé par des bruns et des jaunes profonds. Le noir et le blanc sont uniquement là pour apporter de la modernité à la collection de manière graphique. Les accessoires, et en particulier les chaussures, sont d’une blancheur immaculée avec de superbes bottes ajourées à l’avant ou à l’arrière du pied, au niveau du talon. Les poches et ceintures sont imposantes et les nœuds nombreux au niveau de la taille, éléments que l’on a beaucoup observés sur l’ensemble des Fashion Weeks.

Nos coups de cœur ? Un bracelet en résine blanche reprenant la forme d’une ceinture mais également une série de looks associant bottes et vêtements de pluie. Nombreux sont également les cols roulés : on pourrait pencher pour une collection automne-hiver mais le choix des couleurs et des matériaux replacent de suite ces vêtements dans la saison estivale. Certains hauts blancs sont très fins, proches du corps, laissant deviner les aréoles des mannequins comme si elles sortaient de l’eau, sans vulgarité. Les combinaisons pantalons sont très élégantes, à l’image de la garde-robe d’une parisienne active. Mais le défilé est surtout rythmé par de nombreux éléments pendants, flottants avec de nombreuses franges , qui, associées à des pantalons pattes d’éléphant, ne peuvent que rappeler les années 1970, impression renforcée par des tissus fluides aux délicats imprimés floraux. Et pour le soir ? Des robes satinées aux tissus chatoyants comme pour danser le charleston !

Visuels :© Luca Lazzari

 

 

Jean-Michel Jarre : « Avec Mélancolique Rodéo, j’ai essayé d’emmener le lecteur dans quelque chose d’inattendu. »
L’agenda des vernissages du 02 octobre 2019
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *