Mode
Elégance et fantaisie au Palais de Tokyo avec Chloé Attitudes

Elégance et fantaisie au Palais de Tokyo avec Chloé Attitudes

Alors qu’est déclarée ouverte à Paris la Fashion week, Chloé habille le Palais de Tokyo du 29 septembre au 18 novembre 2012. Pour fêter son soixantième anniversaire, la marque sort de ses archives soixante-dix de ses modèles dont seize de ses tenues emblématiques qui ont participées à sa renommée. Fantaisie, humour, élégance et modernité sont au rendez-vous.

 

Si les œuvres exposées retracent le long parcours de Chloé depuis ses débuts avec Gaby Aghion à Clare Waight Keller, directrice de création actuelle, l’exposition ne se limite pas à une simple présentation chronologique. Au contraire, elle tend davantage à montrer le concept durable de la marque : une ligne de vêtements conçue pour la femme moderne, dynamique et élégante.

Nous découvrons, à travers des photos, vêtements et croquis inédits, des créations aux influences multiples et à l’imagination débordante. Aux folles arabesques d’Aubrey Beardsley et constructions géométriques de Picasso ou Léger, succèdent les motifs iconiques du pop art avec la célèbre banane d’Andy Warhol. La célèbre robe violon côtoie un bracelet faisant office de clavier de piano, une canne avec une poignée robinet, un collier en forme de ciseaux, une veste ornée de têtes de canards ou encore un maillot où trône à l’entre-jambe un ananas. Les coiffures d’Angelo Seminara, plus originales les unes que les autres, accompagnent l’humour émanant des tenues, ainsi deux mannequins aux têtes tressées entre elles ou encore une étonnante touffe crêpée rousse.

Dans cette atmosphère légère, la scénographie de Judith Clark consistant à installer les mannequins dans des vitrines aurait pu être appréciée à sa juste valeur si les cartels de l’exposition ne nous rabâchaient pas à chaque groupe exposé, le motif d’une telle présentation. Ainsi, il est fait remarquer que le sol de marqueterie a été conçu pour s’accorder avec les vêtements, un temps fleuri, un temps géométrique, de même que les baies vitrées du Palais sont censées créer une harmonie lumineuse avec les filtres de verre placés au fond des vitrines. A croire que les commissaires craignaient, et ils ont raison, que l’effet escompté ne passe inaperçu.

En définitive, le Palais de Tokyo propose en ce début de saison, une exposition riche de par la découverte d’une marque tout à la fois élégante, imaginative et fantaisiste. Les croquis permettent d’appréhender non seulement le processus de création, mais aussi le souhait de la part des créateurs d’user d’influences et d’atmosphères artistiques, ainsi Karl Lagerfeld annotant ses essais « Racine », ou encore « Rilke ». Les photos d’Helmut Newton, Guy Bourdin, Jeanloup Sieff, David Bailey et Deborah Turbeville donnent à voir, par différentes perceptions et contextes, les multiples facettes de Chloé. Les tenues en elles-mêmes montrent une marque alliant le chic d’une chemise en soie, à la légèreté de motifs et de formes fantaisistes. Nous regrettons toutefois une scénographie qui, en plus de se citer elle-même, n’atteint pas l’effet souhaité et reste, malgré ses prétentions, un simple écrin qui, sans les explications, n’aurait aucunement attiré notre attention.

 

Crédit photo : © affiche officielle de l’exposition Chloé Attitudes

Gagnez 5 DVD du film Wallenberg – l’histoire d’un héros
The King of New-York, une vision baroque du parrain par Abel Ferrara
DIANE ZORZI DU MAGAZINE DES ENCHÈRES

One thought on “Elégance et fantaisie au Palais de Tokyo avec Chloé Attitudes”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *