Mode

Deux siècles de mode décortiqués au musée des Arts Décoratifs. Une balade rafraîchissante et didactique.

Deux siècles de mode décortiqués au musée des Arts Décoratifs. Une balade rafraîchissante et didactique.

22 décembre 2012 | PAR Tatiana Chadenat

Fort de son succès au Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et au Deutsh Historisches Museum de Berlin du 27 avril au 29 juillet 2012, l’exposition « Fashioning Fashion » s’est transportée au Musée des Arts décoratifs de Paris. L’entreprise ambitieuse de « traverser deux siècles d’histoire de mode européenne de 1715 à 1915 » est largement atteinte grâce à la mise en scène des opulentes collections de Martin Kamer et de Wolfgang Ruf, antiquaires et collectionneurs de costumes et de tissus anciens. Leur travail minutieux offre à cette exposition autant d’esthétisme que de pédagogie.

Esthétique grâce à la scénographie signée Frédéric Beauclair qui propose deux étages de costumes présentés dans des vitrines qui ont pour seules excentricités les silhouettes elles-mêmes et les tablettes numériques explicatives. Les miroirs placés derrière elles laissent entrevoir l’intégralité des costumes en même temps qu’ils reflètent les visiteurs qui occupent du même coup l’espace intérieur des vitrines, à côté des modèles.

Esthétique parce que l’espace feutré ultra moderne aux murs clairs donne du relief aux silhouettes joliment reconstituées, faîtes de motifs – broderies en fil d’or et d’argent – de matières – pékin, taffetas, satins façonnés, velours ciselés, mousseline blanche, cashmere – et d’accessoires de circonstances qui nous plongent dans deux cent ans de mode en même temps qu’ils offrent une richesse visuelle fascinante.

Pédagogique grâce à sa mise en scène chrono thématique qui met en avant l’influence de l’Histoire sur la mode. Au XVIIIème siècle par exemple, les vêtements présentaient des broderies et tissus venus des Indes, conformément aux échanges Orient – Occident de l’époque. Ils pouvaient également symboliser une répartition guerrière et géographique : la robe à la polonaise retroussée par trois fois à l’arrière symbolise le partage du pays entre l’Empire d’Autriche, le Royaume de Prusse, et l’Empire de Russie. Les vêtements révolutionnaires témoignent de la libération des peuples par une simplification flagrante des formes et des tissus. Les femmes feront l’économie des inconfortables baleines et autres paniers, placés autrefois sous leur robe pour les gonfler artificiellement. Au milieu du XVIIIème, les vêtements européens attestaient de l’ouverture forcée du Japon en 1853 qui colportera ses symboles sur les accessoires et les vêtements – fleurs, hirondelles – tout en remettant le Kimono au goût du jour. L’exposition se termine aux commencements de la haute couture avec les modèles de Charles Frederick Worth.

Pédagogique parce que les commissaires se sont évertués à décortiquer la composition des tenues de cour. De mannequins dénudés affublés de leurs seules baleines, on passe à des costumes européens mis côte à côte reflétant les différentes façons de porter les robes en Europe au XVIIIème siècle. La française par exemple se distingue de ses compères par ses plis plats dans le dos. On apprend qu’au XVIIIème le chic imposait de placer des paniers de part et d’autres de sa taille pour que sa robe atteigne une envergure de deux mètres. Les tissus, leurs motifs et les techniques de broderies sont mis en avant au même titre que les costumes.

Aux passionnés de mode, d’histoire et aux autres, l’exposition rassemble des pièces uniques «dans un état de conservation exceptionnelle» selon les mots de Véronique Belloir, la conservatrice du musée. Elle est aussi inédite dans sa démarche, celle de présenter : « des costumes anglais, français, portugais, espagnols ou italiens, qui donnent un éventail de ce qu’on voit assez peu aujourd’hui, à moins d’aller aux quatre coins de l’Europe » (Denis Bruna, conservateur au musée). Elle ferme ses portes le 14 avril 2013.

 

Visuels : Robe redingote, vers 1790 / Soie, coton © 2010 Museum Associates/LACMA

Robe et châle, 1820 Gaze de coton brodé © 2010 Museum Associates/LACMA
Veste, Angleterre, et pantalon, Ecosse, 1825-1830 Veste : drap de laine Pantalon : crêpe de soie  © 2010 Museum Associates/LACMA
Robe Mesdemoiselles Giroux, France, vers 1880 Taffetas, soie © 2010 Museum Associates/LACMA
Habit complet, Italie, vers 1810
Turban, Paul Poiret, porté par Denise Poiret, 1911, porté pour « La mille-et-deuxième nuit » © 2010 Museum Associates/LACMA

 

 

La vérité enfin dévoilée sur cette histoire de fin du monde!
La beauté de l’amour d’Arthur H au Trianon
Tatiana Chadenat

One thought on “Deux siècles de mode décortiqués au musée des Arts Décoratifs. Une balade rafraîchissante et didactique.”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *