Actu

Départ Paris, direction Vien Dong avec Patrick Pham !

Départ Paris, direction Vien Dong avec Patrick Pham !

15 juillet 2019 | PAR Cloe Assire

En ce mardi 2 juillet, en pleine Fashion Week parisienne, le couturier franco-vietnamien Patrick Pham, dont le travail nous avait déjà ébloui en janvier, revient en force avec cette collection Haute Couture intitulée « La Perle de l’Extrême-Orient ». Retour sur ce défilé coup de coeur, véritable invitation au voyage, entre tradition et modernité.

 

Que ce soit dans « Indochine » ou « L’Amant », « Vien Dong » a toujours e?te? dans le cœur des Franc?ais. C’est dans cet amour mutuel que Patrick Pham puise sa principale source d’inspiration pour ses créations automne-hiver 2019/2020. A la manière d’un voyage initiatique, le couturier partit de village en village, redécouvrant des savoir-faire ancestraux au fur et à mesure de l’émergence de nombreux souvenirs.

 

Ces 29 robes qui défilèrent sous nos yeux ébahis furent l’occasion de faire appel aux artisans de Hue, pour la confection des accessoires, et d’utiliser des matières fabriquées dans les villages vietnamiens, notamment le célèbre « Lanh My A ». Cette soie noire, semblable à du cuir, est soumise à une technique de teinture tout à fait unique, nécessitant près de 5 mois. Seule une poignée d’artisans tentent de raviver ce secret naturel, risquant en effet de disparaître face à l’emploi de tissus plus conventionnels. Ainsi, Patrick Pham met un point d’honneur à magnifier ce textile, tout en élégance. 

 

Patrick Pham nous relate ici une histoire qui nous emporte loin de l’Hôtel Marois au travers des différents tissages multi-ethniques employés. Le brocart notamment est un produit transmis de génération en génération et qui comporte de nombreux motifs, chacun représentant un groupe ethnique de manière unique. Il symbolise la vie locale en étant rustique et sauvage, un univers dans lequel nous sommes immergés à l’aide de l’ambiance sonore, très atypique. Patrick Pham, de cette manière, réussit son pari de marier deux univers en effaçant les frontières culturelles, mêlant le rythme de vie parisien au savoir-faire vietnamien, rendant ainsi hommage à ces deux pays. 

 

Avec cette collection, le couturier marque certainement un tournant fort dans sa carrière. Le doré est appliqué en opulence, évoquant au premier abord quelques gravures byzantines, les bijoux sont imposants, le make up rouge très voyant. La palette colorée est éclatante et cohérente, se démarquant ainsi des autres défilés. Les plumes de paon sont fastueuses, les motifs sont repris pour la forme de sacs à main tandis que les chaussures sont sculpturales à la manière d’un fétiche. Patrick Pham nous dépeint une couture totale.

 
La femme du couturier est porteuse de souvenirs, de saveurs, d’odeurs mais surtout de savoir faire et de récits ancestraux qui perdurent au travers de cette collection. Un défilé qui s’acheva par une mémorable standing ovation de casquettes vertes, portées par tous les spectateurs, qui remplacèrent celles oranges du dernier défilé. Ennivrées par le fond sonore, par les bruits de cette forêt quelque peu inquiétante, les mannequins nous apparaissaient tels des Bohémiennes modernes, sensuelles mais pas provocantes. La mode de Patrick Pham fut pour nous à l’image d’un rituel d’initiation à la civilisation vietnamienne sans pour autant nous sembler éloignée de nos moeurs tant le couturier mit son coeur à allier ces deux cultures qui sont les siennes.
 
Visuels : imaxtree
Avignon OFF « Le transformiste » de Gilles Granouillet, joli conte de la folie ordinaire.
Avignon OFF 2019 : « Stéphanie St-Clair, reine de Harlem », une femme au destin d’exception
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *