Mode

Défilé Dior automne-hiver 2015 : Raf Simons revisite le « jardin des délices »

Défilé Dior automne-hiver 2015 : Raf Simons revisite le « jardin des délices »

08 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Pour sa collection haute couture automne hiver 2015-2016, Raf Simons, directeur artistique de Christian Dior, a proposé des pièces à la fois hautes en couleurs, simples et épurées. Dans un décor kaléidoscopique, il s’est imprégné de l’espace pour créer une véritable harmonie entre ses lignes et ses motifs. Un superbe exercice de style qu’il a réalisé au travers d’un tableau vivant.

Le défilé haute couture automne hiver 2015-2016 de Christian Dior s’est déroulé lundi 6 juillet dans les jardins du musée Rodin. Pour accueillir la dernière collection de Dior, une serre « kaléidoscopique » a été construite. Telle une œuvre pointilliste éphémère, des milliers de petites taches multicolores recouvraient les vitraux de la structure qui dévoilait en son sein un petit jardin secret voire un petit coin de paradis. Cet esprit de « voie lactée » n’était pas sans rappeler les imprimés fleuris et colorés qui parsemaient les robes imaginées par Raf Simons, directeur artistique de Christian Dior. D’abord fluides, simples et épurées de par leur couleur blanche et leur forme longiligne, puis plus volumineuses (au niveau du col, des manches asymétriques, des jupons etc.) et affichant des couleurs plus vives tel que le rouge ou le noir, les pièces (robes, manteaux, tuniques) de la collection automne-hiver 2015 mêlaient luxe et beauté. Elles étaient le reflet d’une parfaite symbiose entre le travail « des maîtres primitifs flamands et artisans de la haute couture française » ce qui les ancraient en plein dans l’air du temps. De plus, les quelques robes fendues dévoilant les épaules ou les jambes des mannequins apportaient un côté sensuel à ce tableau vivant.

Tableau vivant car les couleurs du bien (blanc) et du mal (noir), les volumes des vêtements qui s’emparent de l’espace et l’espace lui-même mis en avant dans cette collection semblaient être un parfait écho au tryptique du Jardin des Délices peint au XVI siècle par le néerlandais Jérôme Bosch. De la même manière, le défilé 2015 de Christian Dior se décomposait en trois temps : d’abord l’Eden, où la pureté du blanc règne et où le désir de la chair se laissait entrevoir par des coupes près du corps puis la jouissance où les mannequins, perchées sur leurs sandales à plateaux glitter, après avoir croqué le fruit défendu, se laissaient aller à une ronde colorée pleine de vie et enfin l’enfer : les longs manteaux noirs volumineux prenaient le dessus sur l’espace. La collection haute couture automne-hiver 2015-2016 était un véritable exposé de la vie. Elle était chic, moderne, raffinée et nous a fait voyager dans un autre monde. Raf Simons a signé ici un ensemble de tenues hautement parlantes et dotées d’une signature bien distincte. On aurait presque eu envie, nous aussi, de goûter à ses plaisirs.

Pour voir toutes les silhouettes du défilé haute couture automne hiver 2015 2016 de Christian Dior, rendez-vous ici.

Visuels et vidéo : © Dior.com

[Critique] « Que viva Eisenstein ! » : voyage plaisant, à la suite du grand Elmer Bäck
Oberkampf ou la naissance de l’industrie capitaliste textile française
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *