Expos
« Camp : Notes on Fashion », une exposition spectaculaire au MET Costume Institute

« Camp : Notes on Fashion », une exposition spectaculaire au MET Costume Institute

26 juillet 2019 | PAR Cloe Assire

Jusqu’au 8 septembre 2019, le Metropolitan Museum of Art présente l’exposition « Notes : Camp of Fashion » qui puise son inspiration dans l’essai de Susan Sontag de 1964, définissant de façon multiple cette notion de « Camp » entre mauvais goût, farce et plaisir de l’exagération jusqu’à en devenir une attitude esthétique. Présentant non loin de 250 objets, allant des vêtements aux accessoires en passant par de multiples dessins du XVIIème siècle à nos jours, cette exposition à la scénographie spectaculaire s’adresse aux passionnés comme aux curieux.

Plongés dans un univers rose poudré, les spectateurs ont de suite à cœur d’employer le mot « Kitsch » pour décrire cette exposition atypique nous relatant l’histoire du goût de l’exagération. Mais c’est la partie qui nous est davantage contemporaine qui laissera tout amateur de mode sans voix. Alors qu’une voix-off récite des passages extraits de l’essai de Susan Sontag, les nombreux mannequins sont présentés dans des boîtes lumineuses aux couleurs vives, nous plongeant ainsi dans l’univers du « Camp ». Au centre sont présentés les accessoires dont la préciosité est exacerbée par des boîtes de verre évoquant des écrins à tout un chacun. 

Les vestes recouvertes de peluches imaginées par Jean-Charles de Castelbajac côtoient ainsi le travail du directeur artistique de la maison italienne Moschino, Jeremy Scott. Sexualité et société de consommation sont des codes récurrents tout comme l’esthétique de la laideur que l’on retrouve notamment avec Balenciaga qui réinterprète les célèbres Crocs dont la semelle est accentuée.


L’une des pièces marquantes de l’exposition est indéniablement la parure créée par Karl Lagerfeld pour Chloé, reprenant le design d’un pommeau de douche. L’eau est symbolisée par des perles, le banal est sublimé et nous amène à côtoyer notre quotidien autrement, rappelant l’oeuvre « La douche » de Daniel Spoerri. Une exposition où la mode devient sculpturale, où l’art est indéniablement une source d’inspiration et où le savoir faire des couturiers est dévoilé au grand jour, associé à tant d’originalité.

Visuels: ©CA

 

Un violon sur le sable : fête populaire de la musique classique taille XXL
Matthias Goerne et le VFO dirigé par Hannu Lintu font chanter Brahms et danser Bruckner au Festival de Verbier
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *