Le Buzz

Wikipedia : toujours au coeur du débat

15 juillet 2009 | PAR Marine

wikipedia-logoTous ceux qui ont été à l’université depuis 2001 le savent bien, l’encyclopédie participative Wikipedia fait toujours débat! Qu’on l’utilise « juste pour une info » ou pour copier-coller un exposé, on ne la citera JAMAIS dans la bibliographie.

Et les étudiants ne sont pas les seuls. Puisque dans un mémo interne (presque 600 pages quand même), rédigé en avril 2008 mais récemment rendu public, Reuters, l’agence de presse britannique, interdit à ses journalistes de citer l’encyclopédie. Même si elle reconnaît qu’elle puisse être un point de départ dans une recherche, pas question pour autant de considérer ses articles comme une source sérieuse.

Tout ceci relance donc ce débat. Et bien évidemment il y a les » pour » et les « contre » qui se livrent une véritable guerre.

 Les « pour » s’appuient sur une étude de la revue Nature de 2005 qui estimait que la marge d’erreur de Wikipedia était sensiblement la même que l’encyclopédie Britannica ( L’étude faisait état de 162 erreurs pour Wikipedia, 123 pour la Britannica, soit une moyenne de 3,86 erreurs par article pour le site, et 2,92 pour Britannica). Les « contre » avait aussitôt riposté en dénonçant l’analyse partielle de seulement 42 articles et avait publié leur propre enquête  sur cette étude en 2006.

Décembre 2007, retournement de situation puisqu’une autre étude a conforté l’image de fiabilité du site. Le journal allemand Stern a révélé dans un article que Wikipedia était plus digne de confiance de que l’encyclopédie allemande Brockaus (le cabinet chargé de l’étude avait pris au hasard 50 articles dans les deux encyclopédies, les comparant sur des critères notés de 1 à 6. Sur les articles testés, l’encyclopédie participative s’en sortait mieux que son concurrent.).

Mais les « contre » ne lâchent jamais le morceau. Pierre Assouline, le journaliste blogger et cinq étudiants en journalisme de Sciences Po ont menait une enquête de 67 pages « La révolution Wikipedia, les encyclopédies vont-elles mourir? », les étudiants allant au bout de leur raisonnement en introduisant volontaire des erreurs, qui sont parfois reprise par les journalistes eux même! Le 3 avril 2009 The Guardian publiait des excuses pour avoir attribué, par erreur et sur la foir de Wikipedia, à Maurice Jarre (mort le 28 mars) , la phrase :  » A ma mort, une ultime valse jouera en moi que je serai seul à pouvoir écouter. » L’auteur de cet ajourt était en réalité un étudiant irlandais de 22 ans qui avait eu le même raisonnement que ses homologues français!

Wikipedia reste donc haut lieu de débat. Mais une question se pose légitimement : si il y a des études pour mettre à jour et comptabiliser les erreurs de Wikipedia, pourquoi ne pas les corriger en même temps…?

Une nouvelle Aile pour l’Art Institute de Chicago
Evelyne Thomas : le retour
Marine

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *