Le Buzz
Véronique Genest se retire de la vie politique

Véronique Genest se retire de la vie politique

02 mai 2013 | PAR Camille Hispard

Adepte des frasques à répétition, la Julie Lescaut du PAF se retire de sa courte carrière politique après s’être présentée comme suppléante à l’élection législative partielle dans la 8e circonscription des Français de l’étranger.

Le monde politique est en berne après l’annonce de Véronique Genest. La politicienne des comptoirs se retire de la politique, après  avoir annoncé il y a peu, sa candidature comme suppléante de Jonathan-Simon Sellem à l’élection législative partielle dans la 8e circonscription des Français de l’étranger.

L’ex Julie Lescaut aurait subi de « terribles attaques » selon le candidat en question : « Certains ont voulu décrédibiliser la carrière de Véronique Genest. Elle a dû affronter de terribles attaques, injustifiées. Les médias et les observateurs politiques lui ont manqué de respect. Dans son cas, comme dans celui de Gérard Depardieu, les mots ont été affligeants », déclare Jonathan-Simon Sellem, homme politique très engagé qui est également directeur de la rédaction du site JSSNews, spécialisé dans l’actualité israélienne et qui écrit dans un article publié en décembre 2010 sur son site : « La « Palestine » est une fiction. Il s’agit d’une ruse, un mensonge et un subterfuge. »

Lorsque la dite suppléante était interrogée au sujet des penchants politiques très à droite de son candidat, Véronique Genest ne semblait pas connaître ces informations et bottait en touche en permanence, n’apportant que des réponses très floues, souvent sans aucun fondement politique et historique.

Il faut dire que l’ex flic du PAF a essuyé beaucoup de déconvenues. Depuis ses déclarations sur twitters et par la suite, sur le plateau de Morandini, affirmant son islamophobie, Véronique Genest avait déclenché un tollé général : « islamophobie, ça veut dire que c’est la peur. Alors effectivement, peut-être que je suis islamophobe comme beaucoup de français […] j’ai lu le Coran et ça ne m’a pas rassurée ».

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin sur la route des clichés hasardeux, la politicienne fraîchement retraitée a finalement déclaré sur le plateau de l’émission Touche pas à mon poste : « Je ne suis pas faite pour la politique, c’est évident. Il faut avoir envie de mentir aux gens et moi ça ne m’intéresse pas. » Expliquant également qu’elle ne souhaitait pas réellement se lancer en politique et que le rôle de suppléante n’était pas très important. Noyée dans un flot de paroles assez surréalistes, Véronique Genest continuait son plaidoyer, argumentant qu’en cas de désistement du candidat, elle se serait bien entendu penchée sur le dossier ; laissant les chroniqueurs médusés face à tant de lyrisme : « J’essayerais à ce moment là de me renseigner », déclarait-elle déjà sur le plateau de Laurent Ruquier au sujet de son statut d’éventuelle suppléante.

La comédienne a tout de même tenu après son retrait de la vie politique a soutenir « à 1000% » Jonathan-Simon Sellem, assurant que son élection allait prouver ce qu’elle crie haut et fort : « les Français en ont marre de la mauvaise politique – politicienne et des manoeuvres grotesques de l’UMP et du PS. »

On se réjouit plutôt que Véronique Genest se retire de la politique n’ayant pas les épaules pour, d’une part exprimer et défendre un programme clair, et d’autre part supporter le déferlement des passions médiatiques.

Très peu armée pour ce genre de combat, on peut au moins souligner qu’à travers ses maladresses intellectuelles et ses dérapages incontrôlés, Véronique Genest est restée très entière et spontanée. (c’est le moins qu’on puisse dire!)

Visuel (c) : Capture d’écran vidéo.

Joël Pommerat fait de « Au Monde » un Opéra
J.J Abrams souhaiterait adapter pour la télévision le roman « 22/11/63 » de Stephen King
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture