Le Buzz

Avalanche de « Pixels » sur New-York, le nouveau terrain de jeu de Patrick Jean

19 avril 2010 | PAR Cecile David

Moins de 15 jours après sa mise en ligne, Le court métrage du cinéaste belge a presque atteint les 3 millions de vues. Tous les classiques du retrogaming investissent tour à tour les rues de New-York dans une ambiance surréaliste. Les nostalgiques du boîtier gris-blanc apprécieront la création originale de Patrick Jean.

Un homme vient déposer devant notre écran un poste de télé des années 80, une mise en abîme réussie pour un plongeon parfait dans l’univers des feux Pac-man, Tetris et autres jeux Game boy. Attention les yeux, un raz-de-marée de petits cubes rouges, verts, jaunes et bleus vient recouvrir la Big Apple. Les envahisseurs se distillent dans New-York et pixelisent tour à tour bouches de métro, voitures et grattes-ciel. Les aliens de Space Invader sont les premiers à semer la zizanie. L’un d’entre eux tire sur un taxi. Pixellisation du véhicule puis extermination : l’engin devient montagne de cubes. L’effet est bluffant. Le spectateur en prend plein la vue pendant 2 minutes 43.
« La technique et la réalisation sont dignes des grosses productions à effets spéciaux » souligne le journaliste Erwan Cario (« Libération »), visiblement tombé sous le charme du petit chef-d’œuvre belge.

Initialement, « Pixels » devait devenir clip. Le père du petit bijou a pris un malin plaisir à « mélanger deux univers qui ne collent pas ensemble ». Son investissement fut si important qu’il refusa de s’arrêter là et pris la décision d’en faire un véritable court métrage. «On a mis le truc en ligne sans se douter un instant de l’impact qu’il allait avoir. » Le truc, comme il dit, a eu plus de succès que prévu. Le petit génie de la caméra est même récemment entré en contact avec des agents de Hollywood. Play again ?

« Ya bon Banania », revu et corrigé par Pap Ndiaye
Habemus Papam, le prochain Moretti
Cecile David

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *