Tendances

La mode autrement : Interview de Violette Sauvage, reine des vide-dressing

17 février 2011 | PAR Avela Guilloux

C’est LA nouvelle qui affole les férues de mode et les accros du shopping  : les répercussions de la crise ont atteint le secteur textile. Conséquence directe : le prix des vêtements va connaître sa première augmentation depuis 20 ans, et pas des moindres, puisqu’une augmentation de 15% est attendue dès cet été. Et on fait comment, nous , pour rester trendy et fashion en ces temps de disette ? Et bien on adopte le système de Violette Sauvage, celui qui nous éloigne des magasins et grandes chaînes et nous apprend à envisager la mode autrement : on chine, on cherche, on a le coup de foudre pour des pièces inattendues, on dégote la perle rare dans les vastes vide-dressings qui ont des allures de réunions entre bonnes copines,et on se crée un style plus personnel et recherché, qui révèle notre personnalité.

Aujourd’hui, fashion week, défilés et nouvelles collections s’enchaînent au fil des saisons, nous poussant toujours plus à une consommation de produits qui finissent par tous se ressembler. Il ne s’agit plus de porter des vêtements, mais des » it-clothes », qui prennent des allures de véritables trophées.  Mais la crise, elle, ne l’entend pas de cette oreille, et n’est pas douce envers notre pouvoir d’achat. Les virées shopping n’ont plus la légèreté d’autrefois… et ça ne va pas s’arranger. Mais est-ce vraiment un mal ? Si on profitait de cette occasion pour s’affranchir des diktats imposés par notre société de consommation , et redonner à la mode ses lettres de noblesse, loin des collections dénuées de véritable originalité ? Si on en profitait pour revenir à une consommation durable, par forcément basée sur les textiles bios et les filières équitables, mais par le fait de donner une seconde vie à ses vêtements, par le troc ou la revente ?

 

Violette Sauvage , jeune femme passionnée de débrouille, de mode et de vintage, a bousculé les conventions en créant son association, dont le but est la démocratisation et la promotion d’une certaine éthique écologique, d’une consommation responsable et de la conservation du patrimoine dans le domaine de la mode.  Le recyclage trendy c’est possible ! Violette Sauvage propose des rendez-vous  conviviaux et chaleureux :« Les vides-dressings de Violette Sauvage », où les vraies bonnes affaires sont à la portée de tous :  jeunes modeuses et créateurs en devenir ou confirmés sont là pour partager le contenu de leur dressing…

Il est donc possible de se faire plaisir sans angoisser, de s’offrir de vêtements de qualité à des prix défiant toute concurrence. Il s’agit d’une manière de consommer la mode équitable,responsable…et glamour !

 

 

Interview de ce petit bout de femme qui prône l’échange et le partage pour vivre la mode autrement.

Le vintage et toi c’est une histoire d’amour ? Depuis quand ?
Je suis née sur les marchés. J’ai toujours été émue par les antiquités, la mode vintage et plus particulièrement par le
concept de « petits riens qui se transforment en trésor ». Plus qu’une passion, pour moi c’est une conviction: J’ai abandonné l’entreprise que j’avais créé à 21 ans et avec laquelle je gagnais confortablement ma vie pour faire du vintage mon métier.
Je me sens proche du mouvement Freegan et j’ai commencé il y a trois ans comme biffins (ndlr: personne qui fouille les
déchets pour y trouver des objets, vêtements à revendre) et j’en suis fière.
Je me suis spécialisée peu à peu dans la mode vintage pour mon plaisir personnel. Aujourd’hui bien que je fasse
toujours du personal-shopping rétro, j’ai considérablement élargie mes horizons puisque le vintage représente 10% de
l’offre présentée dans mes évènements phares: Les vide-dressing.

D’où t’est venue l’idée de ces vides-dressing ?
Je réalise mon rêve de fille! En tant que consommatrice j’avais envie d’un lieu, d’une forme de shopping qui soit vraiment
un bon plan, qui soit convivial, un multi-marque de la seconde-main, avec des créations sympas et abordables. Et qui
fasse écho à mes convictions écologiques: C’est une façon de recycler glamour!
Quand je shoppe une robe prototype de créateur en soie à 50 euros personnellement je jubile!

D’autre part ,après 3 ans passés à vendre des vêtements de toutes les manières possibles, j’étais lassée des dépôts-
ventes classiques, des sites d’enchères, des trocs party, des brocantes sous la neige ou le soleil de plomb, des salons
pro beaucoup trop chers,…J’ai essayé de recréer les conditions idéales pour une vendeuse non professionnelle mais
également pour les jeunes créateurs: Rentabilité, sécurité, convivialité, horaires idéals, forte affluence, etc…
J’aurai rêvé d’avoir cette option moi-même pendant des années.

Je crois que les gens sentent que je suis sincère dans ma démarche. Et c’est le plus important pour moi.
J’ai créé l’association pour promouvoir et démocratiser une mode éthique (mais pas moche), une consommation
responsable (acheter moins, acheter mieux) et la conservation du patrimoine (vintage).
Ma petite équipe et moi-même y investissons énormément de temps, d’énergie et d’espoir.
Cela nous permet de réussir à conserver des tarifs exposants quatre à cinq fois moins chers que les évènements
comparables. Et de créer des partenariat avec des grandes marques, de préparer des projets autour des thèmes qui nous sont chers: La mode éthique, le recyclage glamour ou encore la dé-consommation.
Dans les semaines à venir nous vous réservons de belles surprises…

A ton avis, pourquoi les filles aiment autant ça ?
Parfois pendant un évènement je regarde autour de moi et je vois ces centaines de nanas en train de piailler, de tester la couleur d’une robe, de courir après une copine pour lui montrer vite, viiiite une paire d’escarpins trop chou…Et je me dis qu’elles sont folles! Mais je suis la première  à fantasmer sur 400m2 de fringues.
Ici tu peux craquer, te lâcher sur le shopping sans vider ton porte-monnaie ou être une odieuse consumériste.
Ces types d’évènements existent depuis la nuit des temps, les fripiers des puces réhabillaient les pauvres, les hippies, les punk dénonçaient le système en s’habillant récup’ ou vintage…Mais finalement ça n’a jamais été autant dans l’air du temps qu’aujourd’hui, entre crise et prise de conscience, les gens ont envie de consommer intelligemment. Sans pour autant se culpabiliser ou porter des sarouels en peau de bouc…

Quelles sont tes tendances préférées à toi ?
En ce moment je suis très frivole en matière de mode. A une époque je m’habillais exclusivement en vintage 40-50’s.
Mais il y a tant d’influences, de styles tentants qu’il est dommage de se cantonner à un seul genre.
Par contre je ne suis pas friande des « grosses tendances »: On nous a vendu le camel tout l’hiver mais ça donne un teint de navet à beaucoup d’entre nous…Ridicule!

Des jeunes créateurs actuels que tu aimes, pour leur créativité ou leurs démarches ( recyclage, vintage…)?
J’aime la démarche de créateur comme La Tonkinoise, Séverine Personeni ou encore Delphine Pariente parce qu’il n’y a
pas que l’idée, il y a un réel style.
Mais les vrais-exclus-coups-de-coeur-surprise-qui-tuent je les réservent pour le lancement de www.violettesauvage.com

A ton avis, quels sont les essentiels dans lesquels une modeuse aux petits moyens doit investir ?
Sans hésiter: s’offrir un test couleur!
Je sais que ça peut paraître étonnant ou élitiste parce que c’est considéré comme cher (environ 70e). Mais les conseils avisés d’un personal shoppeur sont un excellent investissement.
Mais crois-en mon expérience (de fille fauchée et de pro), je fais le tri dans l’armoire de mes clientes chaque semaine et je connais toutes les causes de mauvais achats.
Jette un oeil à ton dressing: un tiers te va à merveille, le reste est trop petit, trop vieux, pas ton style, pas tes couleurs,etc…Ces erreurs d’achat représentent un argent considérable!
Connaitre ses couleurs, son type morphologique, son style  et ses besoins, ça n’a rien d’un questionnement futile c’est une économie à vie!!!

 

Prochaines dates des vide-dressing : Les prochaines dates: 5&6 mars, 2&3 avril et 30 avril & 1er mai Espace Kiron, 10 rue de la Vacquerie Paris XIème.

Entrée : 2 euros

Suivez sur le groupe facebook Violette Sauvage, les infos, réservations, les avants premières, évènements, vide dressing

 

Le Centre Fleury Goutte d’Or lance la démothèque, un espace dédié à la création musicale
Festival de Rennes Métropole, travelling Mexico du 22 février au 1 Mars !
Avela Guilloux

2 thoughts on “La mode autrement : Interview de Violette Sauvage, reine des vide-dressing”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture