Jeux

S.E.N.S. Vr : Je marche seul !

S.E.N.S. Vr : Je marche seul !

05 octobre 2016 | PAR Sandra Bernard

La Réalité Virtuelle (VR) est l’une des technologies les plus en vogue du moment. Objet de fantasmes, chacun y cherche de nouvelles narrations. C’est dans cette optique qu’Arte France, en co-production avec Red Corner, donne aujourd’hui vie à Sens, la Bande Dessinée de Marc-Antoine Mathieu parue chez Delcourt en 2014. 

[rating=3]

Dans un décor abstrait et dépouillé, un homme vêtu d’un imperméable marche seul, suivant les indices disséminés dans le paysage vertigineux et silencieux où le regard à toute son importance.

Casque VR vissé sur la tête, écouteurs en place, c’est parti pour une quête dépouillée de ses artifices pour laisser place à l’expérience d’immersion pure. Mais avant de parler de S.E.N.S. VR, petit point sur la technologie.

I)La technologie de la Réalité Virtuelle

Le dispositif sélectionné pour donner vie à Sens est la Réalité Virtuelle. Grâce à un casque de réalité virtuelle de type Oculus Rift ou HTC Vive, ou à un module type Samsung new gear VR où vient s’encastrer un téléphone portable, il est question de proposer des images en stéréoscopie dans un environnement virtuel où l’utilisateur a la possibilité d’interagir avec le décor grâce à des périphériques de saisies type manettes ou le mouvement de sa tête qui simule le regard. Le cerveau ainsi « trompé » procure des sensations d’immersion assez stupéfiantes.

Toutefois, les premiers contacts avec la VR peuvent dérouter et dans tous les cas il ne faut pas exeder 15 à 30 min d’immersion sous peine de nausées et de vertiges.

Ainsi dans S.E.N.S, pour explorer l’environnement, il faut tourner la tête et fixer les points d’intérêts afin d’activer la suite des animations prédéfinies. L’expérience se résume alors à la découverte d’une sorte de film interactif où les seules interactions possibles sont des choix assez linéaires et sans grandes possibilités. En cela, le seul challenge du gameplay est la découverte des points d’intérêts qui permettent de déclencher l’animation suivante…

II) SENS

S.E.N.S VR est un projet trans-média porté entre autre par Arte (on se souvient de l’excellent Type:Rider publié fin 2013) et les éditions Delcourt. Mais pourquoi SENS ? Outre le fait que la BD originale suivait le parcours d’un homme dans un espace labyrinthique sans aucune parole, SENS, car le système stimule les sens. Il faut suivre le sens des indices, mais également trouver le sens de sa quête au fil des différents chapitres. Dans un univers dépouillé, l’on incarne un homme sans visage ni passé évoluant, pour une raison inconnue, dans une grande diversité de paysages (neige, sable, plaine, pièce close, etc.) à la recherche d’indices pour avancer. Il n’y a pas vraiment d’aspects ludiques, mais une véritable exploration sensuelle et expérimentale.

Malgré un dépouillement quasi monacal et une définition de l’image assez faible dues aux limites de la technologie actuelle de la VR (il faut générer deux images à la fois, n’oublions pas) l’expérience du jeu S.E.N.S s’avère finalement plutôt réussie dans le sens où les sensations et le gameplay résonnent avec l’univers très contemplatif de la BD originale. Si le premier chapitre est à essayer, l’ensemble manque, à notre sens, de rythme et d’intérêt, si ce n’est la VR pure et la découverte de l’univers de Marc-Antoine Mathieu.

S.E.N.S VR est disponible dès le 5 octobre sur les casques de réalité virtuelle Samsung Gear VR mais aussi sur Oculus Rift pour 2,99 euros, ainsi que sur les casques type Cardboard sur iOS et Android. L’expérience est également jouable sans casque, sur l’écran tactile de votre téléphone ou de votre tablette, iOS ou Android. Sur ces supports, le premier chapitre (sur les trois que compte l’expérience) est d’ailleurs gratuit.

[CRITIQUE] DOUZE ANS APRES, BRIDGET JONES TOUJOURS AUSSI DEJANTEE
[Critique] « Une vie entre deux océans », mélo réconfortant avec Michael Fassbender et Alicia Vikander
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *