Jeux
Avalanches de nouvelles consoles au CES

Avalanches de nouvelles consoles au CES

08 janvier 2013 | PAR Sandra Bernard

Dès son ouverture, le CES (Consumer Electronics Association) de Las Vegas, l’un des plus grand salon Hi-tech du monde, provoque son lot d’annonces chocs et inattendues. Si tout le monde connait les trois constructeurs dominant le monde vidéoludique que sont Sony, Nintendo et Microsoft de nouveaux venus pas tout à fait inconnus (ou presque) tentent de se faire une place sur le marché très lucratif et concurrentiel des consoles de salon ou portables, nos confrères du Figaro rapportent les dernières informations.

Les salons comme l’E3 ou le CES sont depuis longtemps les lieux privilégiés d’annonces de ce type. Aussi, NVIDIA, Valve, OUYA et PlayJam ont profité de l’occasion pour faire leur buzz, et peut-être leur beurre, avant les grands constructeurs.

Project Shield (NVIDIA)


NVIDIA, géant de la conception de cartes graphiques entre donc dans la danse avec le projet Shield. Sa console, visiblement en fin de développement est a mi- chemin entre la console portable et la console de salon. Reprenant les couleurs historiques de la Xbox avec un design viril assez massif ; elle est dotée d’un écran HD de 5 pouces (12 centimètres) et d’un processeur NVIDIA Tegra 4 tournant sous Android Jelly Bean permettant à la bête de lancer les jeux les plus puissants du Google Play Store, jusque-là réservés aux smartphones et tablettes. Elle dispose également d’une sortie HDMI permettant de la relier à un téléviseur. Capable de se connecter sur le wifi domestique, Project Shield permet de jouer en streaming aux jeux présents sur votre PC Windows à condition qu’il soit équipé d’une carte graphique GeForce GTX 600 ou supérieure. La console  donc polyvalente est grand public. Si la console est prévue pour le printemps en Amérique du Nord, restent plusieurs inconnues de taille: l’autonomie  (wifi oblige), surtout, son prix.

Piston (Valve+Xi3)

Valve est surtout connue pour sa plate-forme d’achat Steam permettant de télécharger et de jouer, sur PC, Mac et même parfois linux, à des jeux de grande qualité parmi lesquels Far Cry 3, Hitman Absolution, DisHonored, Assassin’s creed III mais également des production indépendantes comme le très beau et prenant Trine ou l’effrayant Limbo. Dans la droite lignée de cette activité, Valve s’est lancée dans la création d’une console pour le moins mystérieuse, j’ai nommé Piston (Steam Box dans les rumeurs les plus anciennes). Piston devrait permettre de brancher sur sa télévision un mini-PC, afin d’accéder aux services Steam depuis son canapé. Ainsi, confortablement installé devant sa télé, il serait possible de jouer avec des graphismes et une fluidité jusque ici réservés aux jeux sur ordinateurs. Piston tournera sous Linux, Gabe Newell, patron de la boite, n’ayant en effet jamais caché son aversion pour Windows et en particulier Windows 8 qui se révèle assez déroutant pour bon nombre d’utilisateurs.

Piston , est construite en partenariat avec le fabriquant de mini-PC Xi3. Les caractéristiques de la console restent un mystère même si des rumeurs circulent (site US Polygon) faisant part « d’une mémoire interne de 1 To (1000 Go), un port HDMI, 4 ports USB 2.0, quatre port USB 3.0 et un port ethernet« . Les gamers auront comme pour un PC classique la possibilité de booster la mémoire interne et le processeur de leur machine. Le design assez sympa la ferait presque passer pour une mini enceinte. Très compacte, il sera également possible de l’emporter en voyage ou pour une soirée.

OUYA (OUYA)

Outsider encore méconnu il y a peu, Ouya s’est fait connaitre en 2012 sur la plate-forme de financement participatif (crowdfunding) Kickstarter. Le projet a tellement enthousiasmé les investisseurs présents sur le site, qu’il a récolté en quelques semaines un peu moins de dix fois la somme initialement demandée de 950.000 dollars. Le projet était donc sur la bonne voie.

La console se présente sous la forme d’un cube clair avec des manettes sans fils. Ce petit boîtier, tournant sous Android se branche directement sur un téléviseur. Il veut réussir la synthèse entre jeux de salon et jeux sur mobile. Les développeurs n’auront pas besoin de payer une licence pour développer sur OUYA ; en contrepartie, ils devront proposer des contenus gratuits. Cela pourra être une simple démonstration du jeu, ou bien un jeu en free-to-play où objets, cartes et personnages supplémentaires seront payants. La console sera elle vendue au petit prix très attractif de 99 dollars. Les premiers kits de développement sont déjà partis et Square Enix pourrait proposer un énième remake de FFIII.

GameStick (PlayJam)

A la suite du succès de OUYA, le studio PlayJam s’engouffre également dans la brèche, mais cette fois avec un projet de console ultraportable (mais de salon!!!) : la GameStick. Cette dernière, également financée sur Kickstarter,  se présente sous la forme d’une manette blanche assez rétro et épurée munie d’une clé HDMI (ressemblant à une clé USB) de 8 Go qu’il suffira de brancher sur le port HDMI de sa télévision. PlayJam compte se baser sur le catalogue de jeux de Google Play (décidément plébiscité), mais aussi sur un réseau de 250 développeurs afin de proposer des contenus spécialement adaptés à la console. «Le prix moyen des jeux ne sera que de quelques dollars et beaucoup seront gratuits», assure PlayJam, dont la console sera sur le marché dès le mois d’avril pour environ 79 dollars. Les investisseurs ont été séduits aussi, le succès du projet semble en bonne voie puisque avant même la clôture de la récolte de fonds la totalité et même plus des fonds demandés ont été levés.

Si ces quatre projets proposent des dispositifs originaux et pour certains peu coûteux, reste à convaincre le grand public. Certaines de ces consoles se tournent vers les casuals gamers avec une connexion au google play, d’autres misent sur les jeux originaux voire tentent de mixer tous les genres. La suite du CES livrera peut-être bientôt la réponse des géants du secteur, sachant que les rumeurs sur la PS4 courent déjà.

 

Visuels : Captures d’écran SB

Débranche tout ! Revenons à nous ! Ou un défi unplugged (1ére partie)
Faits d’hiver – une belle programmation pour sa 15ème édition
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

3 thoughts on “Avalanches de nouvelles consoles au CES”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *