Tendances
Fashion week parisienne : éblouissante édition

Fashion week parisienne : éblouissante édition

05 octobre 2011 | PAR Laurene Saby

On l’avait dit, cette Fashion Week s’annonçait pleine de promesses. Des défilés splendides, des créations à se damner, des stars à gogo, Paris en ébullition a tenu le rang de sa réputation de capitale de la mode. Retour sur une semaine riche en mode.

L’été indien a ravi les modeux présents lors cette Fashion Week parisienne. Si le soleil brillait à l’extérieur, ce sont sur les podiums que les étoiles scintillaient, pour le plus grand plaisir des professionnels conviés, évidemment éblouis par un si beau spectacle.

Sonia Rykiel a fait défiler ses mannequins sur un tapis jaune canari, pour mieux faire écho à ses créations allant du beige crémeux au jaune moutarde.

 

 

 

 

Chez Vuitton, les tops avaient des airs de baby-dolls, joliment apprêtées de robes coroles, chevauchant les chevaux de bois d’un carrousel de fête foraine.

 

 

 

 

 

 

Lors du défilé Givenchy, c’est la bombe brésilienne Gisele Bundchen qui a clôturé un show tout en brillance et en transparence, où les fronces avaient la part belle sur les robes et les chemises aux couleurs pastels.

 

 

 

 

 

 

Si le travail de Kanye West n’a pas ravi les professionnels, le King Karl a encore une fois éblouit le Grand Palais avec son défilé Chanel aux airs sous-marins. La chanteuse Florence Welsh, de Florence and the Machine, tel la petite sirène, chantait de son coquillage, ses cheveux roux accentuant la ressemblance. Les créations de Lagerfeld, dans des tons blancs et crème, faits de mousseline et de perles, ont ravi les stars présentes en front row, comme Anna Mouglalis, Clémence Poésy ou encore le so hype couple formé par Sean Lennon et Charlotte Kemp Muhl. Un rêve éveillé, voilà ce que l’on pouvait vivre en direct de ses défilés parisiens.

 

 

© visuel : lefigaro.fr, AFP, ParisMatch.fr, Madamefigaro.fr, tdg.ch

Le vide-dressing du Bazar les 14 et 15 octobre, devant le BHV
Au Sadler’s Wells, Akram Khan danse un Bangladesh à la fois réaliste et rêvé
Laurene Saby

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *