Tendances

Et si on arrêtait d’utiliser le conditionnel ?

28 mai 2009 | PAR Jeremy

conditionnel-martinDessin par Martin Vidberg

Les journalistes utilisent-ils trop souvent le conditionnel ? On savait que les formules alambiquées, les jeux de mots ou autres boutades permettaient aux contorsionnistes de la langue de s’exonérer de tout soupçon, en masquant leur pensée ou insinuer sans jamais affirmer. Le conditionnel permettrait de se cacher derrière de simples suppositions et ne jamais prendre parti, toujours suggérer mais ne jamais asséner, bref, écrire masqué pour risquer un minimum.

Le conditionnel permet de divulguer une information non-vérifiée, mais qui peut s’avérer vérifiable et véridique par la suite. L’exact inverse de ce qu’est originellement la pratique journalistique !

Cet usage abusif met en danger les fondements même d’un journalisme traditionnel qui suppose que le journaliste recoupe ses sources, vérifie, mette en perspective, découpe, afin de délivrer une information claire, honnête et véridique. Rien n’est interdit quand il s’agit de faire rêver le lecteur !

Jérémy Collado

Guillaume Canet
Exposition Grégoire Solotareff
Jeremy

2 thoughts on “Et si on arrêtait d’utiliser le conditionnel ?”

Commentaire(s)

  • Charlie

    ça me rappelle le propos d’un certain Laurent Joffrin sur le plateau de Radio Classique au salon du livre… « on qualifie souvent le journaliste d’historien de son temps. Je ne pense pas, car un historien doit sans cesse vérifier ses sources… » Ah, parce qu’un journaliste, non ?

    C’est un peu le même délire.

    mai 28, 2009 at 10 h 41 min
  • Jeremy

    « alors que le journaliste n’a pas le temps !.. » Directeur de Libération

    mai 28, 2009 at 11 h 14 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *