Tendances
Et si « homme » rimait avec « rom’com » ?

Et si « homme » rimait avec « rom’com » ?

07 mars 2014 | PAR La Rédaction

Les hommes et les Rom’Com, c’est un peu comme les cadres sup’ et Candy Crush : au départ ils ne sont pas la cible du produit mais par une pirouette marketing ou simplement un bon concept, ils deviennent accros et finissent par prétexter une Saint Valentin ou autre anniversaire de mariage pour aller voir La Belle et la Bête au cinéma (quoique l’adaptation de Gans est loin d’être une comédie romantique, on est plus proche du conte fantastique indémodable – et excellemment réalisé soit dit en passant – mais vous voyez où nous voulons en venir…)

La rom’com (compression anglaise de “romantic comedy”, littéralement, « comédie romantique ») c’est un film qui met en scène une fille et un garçon que tout oppose, soit le mode de vie, soit l’éducation, soit le milieu social, soit un passif amoureux corrosif qui fait que la fille ou le garçon ne veut plus ouvrir son cœur, mais qui vont grâce au destin, se rencontrer et inexorablement tomber amoureux.

En exemple on cite pêle-mêle Polly et moi (Ben Stiller vs Jennifer Aniston, la fille est une bobo déridée et le garçon un statisticien en assurance), (quasi) tous les films dans lesquels joue Hugh Grant[1], L’amour c’est mieux à deux (Clovis Cornillac vs Virginie Efira : leur rencontre est arrangée, c’est le coup de foudre entre eux, mais lui est convaincu que le grand amour se rencontre par hasard il va donc refuser de vivre simplement cette histoire d’amour)…

La rom’com est le symbole cinématographique que l’espoir en amour n’est jamais vain, et que même quand on a essuyé 10 ans de défaite amoureuse et qu’on approche de la quarantaine, on a droit au grand amour (série Sex and the city adaptée à l’écran en 2008), ou qu’on peut finir par épouser son meilleur ami, même si on planifiait un mariage avec un autre Jules, qu’on va finalement larguer le jour de la cérémonie (Le témoin amoureux).

La rom com c’est la preuve par le scénario que deux êtres antagonistes peuvent s’entendre, que l’inverse est vrai aussi, ou qu’on peut rencontrer l’amour à Las Vegas alors qu’on se cuite depuis 2 jours (Jackpot), ou encore qu’on peut retomber amoureux à 60 ans (Tout peut arriver) ou encore que la différence culturelle n’est pas un frein à la symbiose de deux êtres faits l’un pour l’autre (Mariage à la Grecque) bref, qu’en amour, il n’y a rien d’impossible.

Le raccourci intellectuel entre rom’com et fille est facile.

Nous les filles, élevées dans le fantasme des contes de fée nous passons notre vie à chercher l’amour parfait, si bien que l’idée d’avoir une carrière, des responsabilités voir du pouvoir, tout cela passera toujours après la recherche du grand amour qui nous sauvera de notre misérable existence… cliché ? Aussi gros que celui de dire que les hommes n’aiment pas les rom com.

Il suffit de poser la question à un échantillon d’hommes de 18 à 40 ans pour comprendre que les hommes aussi, craquent devant leurs grands et petits écrans.

Pierre, étudiant normand de 22 ans, à la silhouette de géant… et au cœur d’artichaut confie son faible pour les comédies romantiques :

 

« Si les gens savaient comment je suis réellement… sous mes airs de rustre qui se la joue j’ai un faible pour les comédies romantiques, car je peux m’identifier à un personnage et que j’aimerais que ça m’arrive… Hapiness Therapy est ma comédie romantique préférée»

 

Victor, 24 ans, passionné de foot et d’équitation assume lui sa faiblesse pour les films avec Hugh Grant :

 

« Je raffole des rom’com et je n’ai pas honte de le dire… ça me fait rêver, même si on sait d’avance le dénouement on est toujours tenu en haleine, ma préférée c’est Coup de Foudre à Nothing Hill »

 

Marius, 20 ans, animateur de colonie de vacances, est plus réservé mais confie qu’ :

 

« il y a du bon partout ! Ma préférée c’est Prêtes-moi ta main, j’adore Charlotte Gainsbourg ! ».

 

Dan, rugbyman de 18 ans révèle quant à lui son film préféré : la comédie romantique fantastique Hors du temps, où les deux amoureux se courent après à travers les époques…

 

Et la comédie romantique préférée d’Olivier, animateur radio de 39 ans, est Across the universe, sorti en 2007 le film raconte une histoire d’amour dans les années 60, sous fond de musiques et paroles des Beatles :

 

« J’adore les Beatles, les années 60, et les relations entre les personnages ».

Donc oui, les hommes prennent du plaisir à nous « accompagner » au cinéma, même qu’au fond, ils aiment autant les rom’com que nous sauf qu’ils ne se l’avoueront jamais entre eux, et même ça les rend encore plus mignons.

 


[1] Hugh Grant interprétait jadis le gentil avant d’être labélisé « bad boy » suite à l’affaire de la prostituée dans la voiture en 1995, à partir de là Hugh a commencé à jouer les bad boy dans des films comme « Le journal de Bridget Jones », autre comédie romantique d’ailleurs, où là c’est le couple Renée Zellweger et Colin Firth que tout oppose qui finira par gentiment roucouler.

Nausicaa Ferro
Visuel : (c)
Nausicaa Ferro

L’homme est une femme au cinéma : histoires de travestissement
La Femme : surf-pop et théorisation du genre ?
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture