Clubs

Une réouverture mitigée pour le Wanderlust

Une réouverture mitigée pour le Wanderlust

17 avril 2013 | PAR Marie Pichereau

Le club plateforme playground amarré en bord de Seine, a repris il y a peu ses pérégrinations culturelles et hédonistes. La soirée de réouverture samedi dernier fût malheureusement et contre toute attente assez décevante.

5D3_0180-665x443

En premier lieu, ce grand retour est quelque peu tombé à l’eau, la faute aux quelques gouttelettes qui s’étaient invitées en terrasse. De plus en plus  nombreuses, le lieu est devenu beaucoup moins sympathique, il a même fallu se réfugier sous l’un des rares parasols de ce penthouse en rez-de-chaussée. Pour les plus téméraires on pouvait se glisser directement dans le reste de l’infrastructure bondée à souhait. Bref pour un club qui possède sa majeure superficie en extérieur, c’était quelque peu loupé. Habitués à squatter assidûment cette majestueuse terrasse, nous sommes donc restés sur notre faim. Le climat n’était donc pas favorable, même si nous devons l’avouer, l’ambiance est restée chaleureuse. On ne leur en tiendra pas rigueur, dame nature est très capricieuse en ce moment.

A l’intérieur, ça n’est pas tant le grand bain de foule qui nous a dérangé, mais plus la non-majorité des gens qui la peuplait. L’Overdose de rouge à lèvre couleur sang était insoutenable, pareil pour les vestes en cuir « cintrées » et le style très « glam-rock ». Aïe aïe aïe… Parenthèse mode refermée, il semblerait que le club soit descendu en gamme. Il est vrai aussi que nous nous y sommes rendus un samedi soir, jour particulier, où tous les jeunes de la capitale se dirigent abondamment vers les clubs. Le soir donc, où il faut les éviter (une règle que nous avions oubliée). La musique quant à elle était plutôt sympathique, mais rien de très folichon. Loin de nous l’idée d’apparaître comme étant aigris mais : Ça n’est plus vraiment ce que c’était… Pour finir, une appréciation défavorable pour les vigiles postés en haut de la rampe, qui se permettent de faire tout un fromage d’une chose qui ne l’est plus et qui sont particulièrement suffisants avec la clientèle. En conclusion et pour modérer cette critique, le Wanderlust est à proscrire les samedis soirs.

Visuels : Capture d’écran.

Les vernissages de la semaine du 17 avril
The Amplifetes : Live Report au Nouveau Casino (15/04/2013)
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *