Tendances

Carnet de voyage : à la découverte du village médiéval d’Yvoire (1)

Carnet de voyage : à la découverte du village médiéval d’Yvoire (1)

10 août 2013 | PAR Pulcherry Von Ober

 

Entre lac et montagnes, un charmant village médiéval ouvre ses portes sur des secrets d’histoire, des cœurs de fleurs et un art de vivre. Ici, la balade au gré des humeurs se sacre reine et le temps s’égrène. Un avant-goût de paradis se nicherait-il dans ce coin de France, situé entre Genève et Evian ?

Yvoire, (partie 1) : histoire, fleurs et monuments
Les premières traces de présence humaine retrouvées datent de l’époque Burgonde. En effet, on a retrouvé dans la bouche d’un mort une pièce de monnaie à l’effigie du roi Gondebaud qui était le roi des Burgondes au début du Vème siècle de notre ère. Cette pièce était une obole à Charon. Les Burgondes payaient ainsi leur passage au ciel. Cependant, la période la plus importante pour l’histoire d’Yvoire fut le Moyen-Age. A cette époque, le territoire se formait, avec son lot de famines, de guerres entre seigneurs. Quatre grandes familles se disputaient le territoire :
– Les Comtes de Savoie
– Les Comtes du Genevois
– Les Sires du Faucigny
– Les Dauphins du Viennois.

Ces 4 familles vont se battre pendant des siècles. C’est la maison de Savoie qui arrivera à former le plus grand territoire, et un de ses descendants , Amédée V en devient propriétaire en 1306. Pourquoi le site d’Yvoire lui paraissait-il intéressant à l’époque ? Tout simplement parce qu’Yvoire était une propriété enclavée dans les possessions du Faucigny et sa position se révélait être stratégique (sur une pointe avancée sur le lac Léman qui était la voie principale de circulation). Amédée V réalisa des constructions en dur et construit un château fort. Autour du VXème, des maisons vinrent s’accoler au rempart.

De part cette position, durant un demi-siècle, le village joua un rôle militaire très important. Cependant, plus tard, au cours de la période d’occupation de toute la région par les bernois alliés aux français et aux genevois entre 1536 et 1591, le village fut découronné de ses remparts, perdit son rôle militaire, le château se trouva incendié et demeura sans toit durant 350 ans. Yvoire retourna dans l’anonymat…se transforma en humble village d’agriculteurs et pêcheurs.

Après la guerre, grâce au développement des transports et loisirs, Yvoire profita alors de ses atouts et de nombreux habitants se reconvertirent dans le tourisme. Dès 1959, le village reçut le prix national du fleurissement. Classé « 4 fleurs » depuis 1974, grand prix national du fleurissement depuis 1992, membre de l’association des plus beaux villages de France depuis plus de 20 ans, aujourd’hui, plus d’un million de personnes, chaque année, au fil des saisons. foule le sol de ce bourg médiéval.

vuechateauYvoire : un village de fleurs
Avant de devenir une affaire de commune, les fleurs virent le jour à Yvoire parce que les habitantes les aimaient profondément. Ainsi, au détour d’une ruelle, des géraniums ornaient un balcon, des pétunias s’amoncelaient sur des marches d’escaliers, des bégonias faisaient de l’œil à une enseigne. Le tourisme croissant, les glycines devinrent les hôtesses d’accueil de ce lieu, les dahlias dévoilèrent leur cœur à tout va, des hortensias livrèrent leurs boules ébouriffées, les roses trémières insufflèrent leur instant de poésie. Sans évoquer le « jardin des 5 sens » qui fera l’objet d’un prochain article.

Yvoire : visite guidée
Yvoire, c’est d’abord un bourg médiéval avec son château, ses portes, ses remparts. Au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans le village, on découvre des vieilles bâtisses et… l’église Saint Pancrace, avec son clocher à bulbe datant de 1856. Ces fameux clochers sont au nombre de 84 en Savoie et Haute-Savoie et sont arrivés au XIXème siècle dans la région. En effet, les Savoyards avaient l’habitude en hiver d’aller chercher du travail à Venise, Padoue, dans la vallée de Pô, en Bavière, en Autriche…De ce fait, à leur retour dans leur contrée, ils utilisaient les techniques de travail apprises. Il est à noter que ce clocher fut restauré en 1989, la boule et le coq sont recouverts de feuilles d’or, battues à Excenevex, dans le dernier atelier de France.
Dans la Maison de l’Histoire, on peut y découvrir les documents fondateurs du village médiéval.
Le domaine de Rovorée-La Châtaignière situé à quelques minutes d’Yvoire autorise une promenade magnifique dans un domaine de 24 hectares de prairies. Ici, des châtaigniers séculaires côtoient des vestiges de la place forte médiévale de Rovorée, des oiseaux accompagnent de leurs joyeux chants les visiteurs, et pour celles ou ceux qui veulent goûter au délice d’une baignade dans le lac Léman, une petite plage s’y prête.

Une connexion pour les damoiselles et damoiseaux qui veulent s’y rendre, ou encore se tenir informés des évènements à venir :
www.yvoiretourism.com

Une deuxième partie, mise en ligne fin septembre, abordera le « Jardin des 5 sens », une balade romantique en bateaux Belle Epoque ainsi que des adresses pour un nid d’amour et une valse des papilles… parce que c’est bien connu quand l’hiver approche…il faut savoir se réchauffer !

Un lieu unique en France : les Jardins Secrets (Haute-Savoie)
Les aventures de la vérité, agréable commissariat de BHL à la Fondation Maeght
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *