Beauté

Holly, le brushing à l’américaine débarque à Paris

Holly, le brushing à l’américaine débarque à Paris

20 janvier 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Des cheveux de star,  dans un salon comme un boudoir, cela rime non ? Dans la tendance des « bars à », Jade Claverie, la plus californienne des parisiennes s’est lancée, le 15 janvier dans un combat contre une fausse idée : le brushing serait un acte rapide.

Au 88 rue de Longchamp, dans le cœur vivant du très chic XVIe arrondissement, nous poussons les portes d’un salon girly qui a le  bon gout de ne pas virer au rose layette. Blanc, touches bleues et surtout un vrai bar où l’on sirote un café/petit gâteau.  Mais avant de parler style, il faut avoir des cheveux propres et mouillés ! Alors, nous sommes invitées à descendre dans un petit espace très chaleureux, ou deux bacs nous attendent. Ici, des shampoings et des soins (tous signés par les très naturels Sebastian) uniquement. Pas de couleurs. Juste des shampoings ? Non, une analyse des cheveux pour justement ne pas faire n’importe quoi.

Jade Claverie avait envie de retrouver à Paris les salons new-yorkais qu’elle adore. La jeune femme d’entreprise ( bientôt 26 ans), sait exactement ce qu’elle veut quitte à mettre des limites : prendre le temps, uniquement pour les femmes, pas de miroir et sortir du classique : raide ou glamour ?

Elle n’est pas coiffeuse mais apprend, et c’est bien elle qui a conçu un catalogue de brushings : beachy, retro, wavy, volume, curly, sleek… Oui trois petits points, car ici nous sommes aux antipodes du fast. Alors,on discute et on réfléchit à ce que l’on veut faire. Aucun problème pour les cheveux afros, si souvent effrayants pour les pros ! 

Alors, prenez le temps, oui, « juste » pour un brushing, pour une fois. 45 minutes pour un carré. Vous ressortez avec les cheveux parfaitement soignés et mis en plis comme diraient nos mamies !  

Le calme, le luxe et la volupté a un prix : 50 euros pour un brush. Mais bientôt arriveront des abonnements et aussi des attaches.

Le premier bar à brushing a ouvert ses portes à Paris et il vient faire taire l’idée de rimer comptoir avec rapidité.

Tentez, vous pouvez réserver sur leur site, par téléphone et sur instagram.

Visuel : ©Holly

 

 

Au festival traits d’union, une rigolote histoire de dépit amoureux d’après le Misanthrope de Molière
Out of context, le chef d’oeuvre d’Alain Platel se redonne à voir dix ans après
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *