Beauté

Banc d’essai crèmes hydratantes spécial froid

Banc d’essai crèmes hydratantes spécial froid

09 décembre 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

L’hiver est là depuis l’été et nos peaux hurlent, tiraillent, rougissent. Alors, quelles sont les nouveautés en matières de câlins pour épidermes en crise ?

La crème Hydra-Scellante d’IDC
Énorme addiction pour cette crème de jour à la texture laiteuse. On l’applique à la spatule et on laisse faire. Un véritable doudou pour la peau qui vient nous calmer. « Avec ses 13% d’ingrédients cosmétiques, Hydra-Scellante regorge le derme de molécules hygroscopiques et tisse un bouclier protecteur hydratant, rendant ainsi la peau plus souple, fraîche et résistante au froid ». On confirme. Et surtout, on se dit que les québécois ont une longueur d’avance en matière de froid. L’expérience est bluffante, car si la matière est riche, elle s’intègre à la peau immédiatement sans aucune attente.
42€, 50ml

La crème de visage anti-rougeurs Roséliane  d’Uriage
De texture très légère, parfaitement hydratante, non seulement la crème de visage Roséliane hydrate sans jamais se laisser sentir, mais avec son eau d’Uriage et son Cérasterol-2F, elle apaise aussi les rougeurs qui peuvent apparaître quand la peau est attaqué par le froid. Avec un SPF 30, elle vous protège également du soleil, au moment même où vous auriez tendance à oublier qu’en hiver aussi, il faut se défendre de ses rayons. Le tube de 40 mL s’emporte facilement partout et comme le débit est bien dosé, il vous dure facilement 2 mois. 40 mL, 9/10 euros.

La cold cream pour les lèvres d’Avène
C’est le sauveur de l’hiver. Amis des lèvres qui craquellent dès que le thermomètre descend en dessous de 10° et qui avez essayé tous les sticks du monde, la seule solution est d’hydrater en profondeur avec de la cold cream. Présentée dans un petit tube blanc qui se glisse dans tous les sacs (gaffe à ne pas perdre le petit bouchon à visser, cependant!) celle d’Avène soulage immédiatemment les lèvres gercées avec son Sucralfate qui restructure et répare immédiatement. A utiliser 3 ou 4 fois par journée d’hiver dans un geste qui deviendra très vite un automatisme. Seul petit bémol : la texture très riche de la crème a tendance à envahir aussi le contour des lèvres. Comme la crène pénètre très vite, il suffit d’attendre 4 à 5 minutes avant de mettre son rouge à lèvres favori en évitant qu’il ne s’étale trop. 4g, 6/7 euros.

La crème minérale pour les mains Ahava
Difficile de trouver une crème pour les mains qui ne colle pas et que l’on ait envie d’appliquer plusieurs fois par jour pour protéger ses extrémités tellement sollicitées et souvent mises à nu du froid. Avec ses sels de la mer morte et sa petite odeur de prune et de fleur, la crème Ahava est assez addictive pour cela. Texture légère et néanmoins hydratante et odeur plus fleurie que sucrée et qui invite au voyage, c’est une drogue dure et qui protège vraiment vos mains. 40 mL, 5 euros.

L’huile sèche d’amande de Source de Provence
La marque provençale a pris ses quartiers dans le Marais (16 rue Caffarrelli, dans le 3e) avec une ligne démente : crèmes, laits, huiles… et un seul angle : vous emmenez dans les odeurs de Provence. Les oranges, la lavande (une crème pour les mains à l’eau de Source de Beaupré à adopter). Du côté de notre révélation, cette huile miracle à la composition appétissante : Huile d’Olive, Huile d’Amande douce, Émollient de Coco, Huile de Tournesol, Extrait d’Amande amère. Elle s’emploie comme une crème de jour et pénètre en profondeur. Idéal pour offrir au visage un barrage contre les températures négatives.
27 €, 100 ml 

Le lait hydratant fleur d’oranger, toujours chez Source de Provence

Autre coup de cœur pour ce lait, facile à appliquer, qui sent bon la fleur d’oranger sans devenir agressif . Il faut dire qu’une véritable coalition de de bien être a eu lieu rien que pour nous :  eau de Source de Beaupré, beurre de Karité, des huiles à la pelle :  Macadamia, Amande Douce, Argan, Sésame, Abricot Orange Douce et un extrait de Feuilles de Bigaradier Oranger Neroli

24,50€, 250 ml 

Un Don Quichotte comme dans les contes de fées par le Ballet Nacional Sodre au Festival de Danse de Cannes
Melle Camille Claudel magnifiée à la Galerie David D’Angers
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *