Théâtre
Web trash @ l’Etrange Cargo

Web trash @ l’Etrange Cargo

23 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nous retirons nos places, gentiment accueillis par une jolie jeune femme qui alerte « le spectacle est en deux parties, si vous êtes épileptique, vous ne pouvez assister à la première, et la seconde est interdite au moins de 16 ans ». On se lance, assez vieux et les yeux solides pour s’attaquer à une performance qui s’annonce incisive. « @, Une performance modulaire dont l’acteur est Internet // Phase 1 »  de Frédéric Deslias  devrait fortement vous captiver et vous déranger.

Pour la partie épileptique, Frédéric Deslias a imaginé un dispositif comprenant une grande cage de verre semblant dirigée par deux scientifiques, masques chirurgicaux à l’appui. Une danseuse se cambre au sol, elle semble être avalée par la lumière et les objets géométriques qui se dessinent sur les murs . Petit à petit, des ordres lui sont assénés, la poussant à la disparition .

Cette première partie, très esthétisante et hypnotique interroge les rouages d’internet. Les câbles se dessinent en toile d’araignée et le corps dans sa réalité ne trouve pas sa place.

La seconde partie de cet objet théâtral offre aux spectateurs qui acceptent d’être dérangés une plongée dans le texte « Salope » de Dennis Cooper ici transposé en installation vidéo.

En une quinzaine de jours, le collectif clair-obscur a réuni via Facebook une poignée de comédiens. Ils ont été filmés chez eux, via skype. Leurs témoignages sont projetés sur écran, à la façon d’un forum vidéo  sur les sites SM-Hard les plus fréquentés de la communauté gay. La scène peut se dérouler, vraiment, immédiatement sur xtreme-gay.com ou gaysm.fr…

Dans cet univers sans limite, Brad semble avoir disparu, il aurait succombé à Brian dont le fantasme extrême et de tuer les mecs avec lesquels il baise très violemment.  Viols, torture et « bareback », cette pratique de sexe sans capote , si possible avec des séropos…tout est dit, rien n’est montré, l’effroi et la fascination s’installent.

Au cœur de l’installation vidéo, deux comédiens formidables, Gurshad Shaheman et Thomas Gonzales, interviennent, assis dans la salle. Ils se filment en direct et leurs vidéos répondent à celles déjà enregistrées.

La seconde partie, plus longue que la première ne cherche jamais la beauté. Le seul sujet est le corps, omniprésent dans le récit mais absent du plateau. Les comédiens sont assis, sur le côté, volontairement peu visibles. Leur jeu se concentre sur la voix et le visage. A l’image de la performance « Jerk » de Jonathan Capdevielle, Frédéric Deslias arrive a brouiller la réalité. La durée de la proposition, 1h15, permet de commencer à douter. Les comédiens sont-ils de vrais internautes choppés sur les sites SM ? Les noms sont-ils réels ? Les spectateurs sont-ils des voyeurs ?

Le projet « @ » dérange et  captive en interrogeant la relation et l’addiction au web. Ces deux premiers spectacles s’inscrivent dans un projet long visant à prendre le net comme objet d’étude artistique. Il était temps.

Spectacle présenté dans le cadre du festival l’Étrange Cargo

(c) Pascal Bigot

La Nouvelle comédie musicale de Pascal Obispo à réserver dès aujourd’hui
Molières 2011, Rêve d’automne et un Fil à la patte en course
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *