Théâtre
« Vie de Joseph Roulin », le portrait d’une amitié

« Vie de Joseph Roulin », le portrait d’une amitié

29 janvier 2022 | PAR Lucine Bastard-Rosset

Le Théâtre de la Cité Internationale accueille le nouveau spectacle de Thierry Jolivet du 24 janvier au 1er février. Vie de Joseph Roulin dévoile le portrait d’une amitié entre Van Gogh et le facteur Joseph Roulin.

Thierry Jolivet a réalisé de nombreuses adaptations de la littérature mondiale. Il s’est emparé des œuvres de grands artistes, tel que Dostoïevski, pour les restituer à sa manière, dans des spectacles où se mêlent avec virtuosité texte et musique. Aujourd’hui, ce metteur en scène reprend Vie de Joseph Roulin, un roman de “l’un des plus grands écrivains français vivants”, Pierre Michon. Il le présente dans un spectacle où vidéoprojection, musique électronique et déclamation fusionnent en un rendu hypnotique.

La redécouverte d’un célèbre peintre

Vincent Van Gogh… Le peintre à l’oreille coupée… Le génie incompris… L’homme fou… Tout le monde connaît Van Gogh, du moins ses attributs principaux, ceux que l’on retient, ceux qui marquent. Mais cela suffit-il pour prétendre connaître un homme ? Je ne pense pas. Ce spectacle permet de découvrir Van Gogh sous un autre angle, celui d’un homme, Joseph Roulin ; ce postier alcoolique et républicain. “Il n’entend rien aux arts” et c’est cette vision, dépouillée de tous préjugés, qui permet d’accéder au peintre d’une façon totalement nouvelle.

Aux mots, déclamés par Thierry Jolivet, se mêlent les images. Les peintures de Van Gogh sont vidéo-projetées sur une scénographie conçue pour immerger le regardant. Les toiles perdent leur valeur de toile, elles ne sont pas de simples reproductions. Le dispositif kaléidoscopique servant de décor démultiplie les peintures, multiplie les reflets. La peinture est libérée de son cadre, elle devient comme “organique”, elle se meut au milieu des paroles et des sons. Pour Jolivet, ces tableaux deviennent des “souvenirs”, des “vestiges d’une histoire perdue”. Ils ne sont plus seulement les chefs d’œuvres que l’on connaît, mais un moyen de connaître celui qui les a faits, ceux qui sont portraiturés.

Une plongée immersive et hypnotique

Comment ne pas être envoûté par la proposition visuelle et auditive proposée par Thierry Jolivet et les deux musiciens Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau ? La voix douce et posée de Jolivet transporte. On s’accroche à ses mots, on se perd dans ses mots. Lui est sur scène, debout, dans une incarnation totale. Ses yeux se ferment par moments, comme s’il visualisait ce qu’il disait : les tableaux, le visage du facteur, les champs de blé. Et nous aussi, on visualise. Toutes ses paroles nous emportent, nous font rêver, nous transportent.

L’ensemble du spectacle est conçu dans l’optique de proposer une plongée immersive et hypnotique. A la voix s’ajoute la musique électronique réalisée en live sur le plateau. Les synthétiseurs et orgues numériques créent des sonorités qui la soutiennent, la rendant encore plus vivante. A la voix et à la musique s’ajoutent les images vidéo-projetées. Le voyage au cœur d’une amitié a débuté. Sensations et émotions se mélangent, on est happé dans l’espace mental de Joseph Roulin.

 

Visuel : ©Remi Blasquez

Un « Huis Clos » de Sartre actualisé par Jean-Louis Benoit
« La guerre sociale en France », voyage au pays du néolibéralisme
Lucine Bastard-Rosset

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture