Théâtre
Une maison de poupée, un Ibsen envoutant à la Manufacture des Abbesses

Une maison de poupée, un Ibsen envoutant à la Manufacture des Abbesses

31 mars 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Il est périlleux de monter une pièce d’Henrik Ibsen tant ses textes sont toujours exigeants pour les comédiens autant que pour celui qui consent à mettre en scène l’univers à strates et à énigmes du génial écrivain norvégien. Philippe Person s’est saisi de Une maison de poupée, l’histoire éternelle de Nora. Son adaptation est admirable.

Une scénographie digne d’un conte

Un tapis, une table, deux chaises entourés d’une bande de neige, à cour un sapin de Noel, au fond une baie vitrée plongeant dans le noir, le lieu est cosy, chaleureux, mais semble déjà menacé. Nora apparaît sous la neige et commence à nous relater son histoire. En vue de faire soigner Torvald Helmer son mari, employé de banque modèle elle a secrètement emprunté une grosse somme d’argent en falsifiant des signatures. Elle a presque fini de rembourser sa dette quand Torvald est nommé Directeur. Le bonheur conjugal est à son apogée, la complétude imminente. Sauf que Torvald décide de renvoyer le commis Krogstad. Krogstad est le créancier de Nora et pour défendre son emploi décide de faire du chantage à Nora, la menaçant de tout révéler à son mari.

Une Nora inoubliable

La maison de poupée idéale de Nora, cocon familial dans lequel Nora a construit son nid après avoir quitté le nid de ses parents, se transforme peu à peu en un piège suffocant. À la neige et au froid du dehors répond l’incendie des émotions et des êtres. Asphyxiée et acculée, Nora soutenue par son amie d’enfance, Madame Linde se livre à son mari, sans renoncer une dernière fois à l’espoir et l’illusion qu’il saura la sauver de sa bévue, qu’il saura renoncer à son honneur par amour. Son désenchantement sera grand et si on attend un miracle qui sauvera la situation, il arrivera sous une forme scandaleuse : Nora abandonnera son mari et ses enfants.

Le couple de la maison de poupée est défait; la porte de l’entrée claque derrière Nora. Les désormais anciens époux deviennent ce qu’ils n’ont jamais été : deux individus libres donc déçus, désespérés, mais éclairés.  Au loin Krogsatd découvre quelque chose de l’amour dans une sidération magnifiquement jouée par Philippe Person. Nathalie Lucas réussit aussi à être une magnifique Madame Linde et Philippe Calvario un splendide et équivoque Torvald.

Mais nous sommes venus avant tout pour rendre visite à Nora. Florence Corre est Nora, elle défend avec talent cette femme calme, paisible, volontaire, prévenue de sa fragilité et traversant son dilemme intime : être cette femme soumise aux illusions de son mari et au patriarcat ou digne d’un idéal plus personnel ; elle incarne une Nora actuelle, pourvue d’une force intense et sourde et qui lentement comprend qu’autre chose est possible. 

La jouissance du spectateur par identification

Nora veut un absolu et elle va le trouver après une déception radicale, un écroulement de l’ordre établi et par un acte insurrectionnel aussi fascinant que dérangeant. Florence Corre réussit à attraper Nora exactement à cet endroit où on s’identifie à une femme ordinaire  qui s’émancipe devant une déception en se refusant de croire qu’il ne s’agirait que d’une déconvenue.  Dans un texte célèbre sur le théâtre Freud salue la puissance des drames d’Ibsen et la jouissance, par identification, qu’ils peuvent procurer aux spectateurs. Philippe Person en témoigne par sa mise en scène tout en respectant Ibsen qui aurait indiscutablement aimé cette Nora là.

 

Auteur : Henrik Ibsen. Adaptation : Philippe Person. Artistes : Florence Le Corre, Nathalie Lucas, Philippe Calvario, Philippe Person. Metteur en scène : Philippe Person. Manufacture des Abbesses, 7 rue Véron 75018 Paris. Du 7 avril au 22 mai les jeudis, vendredis, samedis à 21h et les dimanches à 17h. Lien de réservation

 

Visuel Affiche 

Les lignes et les courbes de Malpaso Dance Company au TCE
Agenda des vernissages de la semaine du 31 mars
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture