Théâtre

Une journée chez Fukang, drôlement triste

Une journée chez Fukang, drôlement triste

13 décembre 2018 | PAR Loïs Rakotonoera

Dans le cadre du Festival 12×12, la Compagnie des Vagues tranquilles jouait hier soir, au 100ecs, Une journée chez Fukang, un très drôle et triste portrait de la Chine actuelle.

 

Le temps d’une pièce, nous suivons la journée de Xiaojun, interprété par Ye Tian. Il est embauché dans une usine fabriquant des téléphones portables à la chaîne. Une usine immense, complètement déshumanisée, dans laquelle les ouvriers travaillent, mangent et dorment. Très vite, Xiaojun comprend ce que signifie l’expression « battre le travail ». Il fait partie de ces jeunes Chinois, venus des campagnes et tentant leur chance dans les grandes villes. Xiaojun, lui, vient d’une petite île de pêcheur. Tout comme dans la fabrique, il est complément perdu au sein de la ville dans laquelle il a atterri. Ainsi, il fait la rencontre de trois autres jeunes arrivés, eux aussi, avec des rêves plein la tête : avoir un sac de luxe ou devenir le nouveau Michael Jackson.

Bref, nous sommes ici face aux clichés de la Chine actuelle, mais surtout face à sa réalité. Car, au travers des yeux de Xiaojun, c’est le portrait d’une jeunesse complètement désabusée et d’une direction dépassée par la dureté des conditions de travail de ces ouvriers, qui nous est dépeint. Néanmoins on rit de ces clichés malgré le sujet que la pièce aborde. Les personnages caricaturaux et désopilants nous attendrissent.

La metteuse en scène, Zhuoer Zhu s’est inspirée d’un article traitant de l’usine Foxconn, un sous-traitant d’Apple. Les difficultés du travail à la chaîne sont racontées par un journaliste immergé pendant un mois dans cet usine. Des conditions de travail pénibles ayant menées certains aux suicides. Cette pièce est finalement une très réaliste critique du travail chinois.

La Compagnie des Vagues tranquille, fondée par Zhuor Zhu, présentait Une journée chez Fukang dans le cadre de la 9e édition du festival 12×12. Organisé par une fabrique culturelle solidaire, le 100ecs, et avec le soutien de la mairie du 12e arrondissement de Paris, de la Ville de Paris et de JC Decaux, cet événement est entièrement gratuit. Durant 12 jours, des expositions, du théâtre, de la danse et de la musique sont proposés dans 12 lieux du 12e arrondissement de Paris. Et c’est jusqu’au 21 décembre !

 

Visuel : (c) Haowoi Ren

Au Nom du Père : le nouvel coup d’éclat d’Adam Price pour Arte
« La nuit animale » tente de semer le trouble au Festival Impatience
Loïs Rakotonoera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *