Théâtre
Une histoire sans faim : l’anorexie sans faux-semblants au Théâtre des Mathurins

Une histoire sans faim : l’anorexie sans faux-semblants au Théâtre des Mathurins

06 mars 2012 | PAR Yaël Hirsch

Depuis le début de l’année, « Annabelle M, Histoire sans faim » est à l’affiche de la petite salle du Théâtre des Mathurins. Une pièce inventive, habitée par la formidable Sandy Masson, et qui aborde un sujet grave : l’anorexie, une maladie dévorante qui enferme dans le silence. Une enquête dans le passé, à la fois débordante de mort et rayonnante de vie, qui parvient à mettre en scène une pieuvre souvent taboue. Dur, mais authentique.

La toute petite quarantaine, mais semblant 10 ans plus jeune, 1m60 pour un corps mince et vivant, la radieuse Sandy Masson est allée puiser dans les souvenirs douloureux de son adolescence pour écrire avec Fred Nony un texte direct, poétique, à la fois drôle et grave sur l’anorexie. Mis en scène par Agnès Boury, ce petit bijou est éclairé à la lumière du redoutable réfrigérateur. A travers l’enquête d’un détective privé sur la disparition de la jeune Annabelle M., l’on découvre tous les personnages qui entourent cette adolescente en quête de maîtrise et de pureté et qui finit dans une réalité parallèle, déformée et terriblement solitaire.

Sandy Masson a la géniale idée de commencer la pièce en « rescapée » entrain de préparer avec sensualité une tarte aux pommes qui cuira tout le long du spectacle, rappelant au public combien les petits plaisirs simples sont forts et trop souvent négligés. Puis relevant son pull à capuche et masquant son printanier décolleté, elle incarne également l’adolescente solitaire et menteuse, n’ayant plus pour amies – croit-elle- que sa balance et son miroir. Elle incarne également la jeune-femme en couple, rusant à table avec son « roudoudou » pour limiter les calories. Et puis elle fait parler la mère, femme très occupée et incapable de comprendre les états d’âmes de sa fille si sage jusque-là. Inquiète tout de même, cette figure du bon sens fait appel à un détective (toujours joué par Sandy Masson, avec voix grave et chapeau mou délicieux) pour retrouver sa fille. Elle estime qu’Annabelle est bel et bien perdue, même si le corps rétrécissant est encore là. Ancien alcoolique, le personnage du détective se pique au jeu de l’enquête et tente vraiment d’aider la jeune-fille. Dernier personnage : la prof, qui établit un parallèle entre la maladie et la dictature (de l’esprit sur le corps), avec force témoignages et scènes dures, afin que le public comprenne cette logique parallèle et désolante qu’est l’anorexie.

Entièrement habitée par ses propres rôles (avant et après le sauvetage), avec courage, Sandy Masson se replonge entièrement dans ses années les plus dures pour livrer un jeu fort, et néanmoins très inventif autour d’une table et d’un frigo. Elle parvient à infuser directement au public  les émotions que peuvent ressentir une adolescente anorexique. Celle qui croit tout contrôler en maitrisant ce qu’elle ingère avant de se retrouver rejetée dans une image terrible d’elle-même : la coquille vide. L’appel au secours à la nutritionniste arrive comme une délivrance, malgré le pic de détresse et d’humiliation. L’on sort touché de cette « Histoire sans faim », avec un appétit encore plus grand pour la vie, lourdeur du corps heureusement comprise!

« Annabelle M, Une histoire sans faim », de Sandy Masson et Fred Nony, mise en scène : Agnès Boury , interprétation : Sandy Masson,  Illustration sonore : Alain Klingler et Etienne Dos Santos, Lumière et scénographie : Philippe Quillet, Costumes : Marie Noëlle Van Meerbeeck. Durée : 1h20.

Crédit photo: Pascaline DARGANT.

I love Paris, mon cahier de coloriage d’Isabelle Chemin
Grâce, Delphine Bertholon plonge une famille décomposée dans le suspense
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *