Théâtre
Un biopic sombre et attendrissant de Odon Horvath à la Comédie Nation

Un biopic sombre et attendrissant de Odon Horvath à la Comédie Nation

28 septembre 2021 | PAR Eriksen

Elie Rofé monte à la Comédie Nation un spectacle intimiste sur la vie de Ödön Von Horvath, dramaturge allemand né en 1901 et mort en 1938, écrasé par un arbre, un soir de tempête sur les Champs-Elysées à Paris. La pièce traverse ce bout de siècle avec sourire et tendresse.

La pièce Horvath, apatride rend hommage à un homme et à un destin. A l’homme de lettres, personnage singulier et sombre, rongé par l’avènement du nazisme, dans une période atypique, broyée par l’entre-deux-guerres corseté. Au destin d’un homme à l’optimisme difficile qui cherchera à s’extraire du poison des nationalistes.

La vie ardente de Ödön Von Horvath

Ödön Von Horvath naît en 1901. Fils de diplomate, il voyage très jeune dans toute l’Europe. Ses opinions altermondialistes, acquises au cours de ces voyages, sont inaudibles pour cette époque obsédée par les nations et les peuples. Très tôt ses œuvres crient au danger fasciste. En 1929, anecdote authentique, sa route croise celle d’Hitler. Il fera le coup de poing avec un groupe de supporters du futur Führer. Un procès tumultueux s’en suivra, où le jeune Horvath s’attirera définitivement la haine des nationalistes.

Le théâtre engagé de Ödön Von Horvath

Si en 1932 il obtient Le Prix Kleist, plus haute distinction littéraire d’Allemagne pour sa pièce Légendes de la forêt viennoise, une description fine de l’univers des petites gens modestes assommées par la morale religieuse et la loi patriarcale, le terrible autodafé de 1933 ne ménagera pas ses ouvrages. En 1936 il est contraint de fuir, il voyage alors dans toute l’Europe et continue de publier des pièces dénonçant sans détour le danger nazi. De passage à Amsterdam, il rencontre une gitane qui lui prédit qu’un séjour à Paris sera décisif. En 1938, il finira par arriver dans la capitale. Le réalisateur Robert Siodmak lui proposera une adaptation d’un de ses romans au cinéma. Mais, le 26 mai 1938 sur les Champs-Elysées, devant le Théâtre Marigny, une branche d’arbre l’emportera dans une mort au diapason de ses œuvres : étrangement cynique.

Une pièce shakespearienne

Les œuvres de Ödön Von Horvath sont toutes imprégnées d’une volonté de mettre à nu. Sa dramaturgie du dévoilement veut témoigner du ravage des mensonges et des indignités. Son style féroce n’hésite pas à dénoncer la lâcheté et la manipulation des masses. Auteur très engagé, il veut dépeindre le monde tel qu’il le voyait, sans l’embellir ni l’enlaidir. Il veut rendre compte d’un monde en train de disparaître. La pièce restitue au plus près la tragédie, la solitude de l’artiste et son combat perdu mais volontariste. Tout y est théâtral et pourtant véridique. La gitane rappelle les trois sorcières de Macbeth, les introspections, celles de Hamlet, son exclusion, celui de Shylock, l’ambiance, celui de la Tempête. Nous sommes chez Shakespeare, l’humour en plus. Matéo Troianovski incarne ce destin de tragédie avec talent et saisit le public, pour un moment privilégié de plaisir théâtral. 

A ne pas rater.

Tous les vendredis et samedis à partir du 8 octobre.

 

Horváth, apatride
du vendredi 8 octobre 2021
au samedi 20 novembre 2021

Comédie Nation, 

Auteur : Matéo Troianovski
Artistes : Fanny Le Pironnec, Juliette Derkx, Matéo Troianovski
Metteur en scène : Elie Rofé

lien de réservation.

Crédit Photo @DR

 

[Interview] Christian Olivier : « Têtes Raides avait besoin d’une pause »
Jean-Michel Othoniel enchante un Petit Palais très coloré
Eriksen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture