Théâtre
Dans la mémoire de Peter Brook aux Bouffes du Nord

Dans la mémoire de Peter Brook aux Bouffes du Nord

01 mai 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis le 29 avril, le nom de Peter Brook s’affiche sur les murs du Théâtre des Bouffes du Nord qui reste, même si, à 89 ans, il ne le dirige plus, éternellement, son théâtre. Et pour cause, dans le compagnonnage fidèle avec Marie-Hélène Estienne, il livre une « idée théâtrale » qui prend vie sur scène. The valley of astonishment est à voir jusqu’au 31 mai.

[rating=4]

The Valley of astonishment est comme une suite. Après La conférence des oiseaux (1979) et L’homme qui (1993), Peter Brook et Marie-Hélène Estienne donnent à voir un conte évidement multiculturel sur les possibilités infinies du cerveau.
Sammy ( Katryn Hunter ) a un nom de garçon mais c’est un sacré bout de nana. Elle se découvre au hasard d’une conférence de rédaction être dotée d’un don. Elle est synesthéte c’est à dire qu’elle associe les choses entre elles pour s’en souvenir ce qui lui offre des capacités de mémoire immenses. Non, elle ne se prend pas pour quelqu’un de supérieur comme le crois son rédacteur en chef, (Jared McNeill) au départ. Elle n’a juste pas besoin de carnet de note pour se souvenir d’un numéro de téléphone.

Sur le plateau un peu moins vide que d’habitude, quelques chaises en bois clair, une table, et deux musiciens sont là. On va suivre plusieurs histoires qui vont croiser l’épopée de Sammy à la découverte de son cerveau.

Mais est-ce possible de comprendre ? Les médecins de l’hôpital l’avouent « on ne peut pas l’aider à oublier ». Ils savent anatomiquement, psychologiquement des mécanismes, mais de là à comprendre…. non.

Comme toujours chez Brook nous sommes dans le conte musical. L’immense Roshi Tsuchitori livre avec talent un accompagnement fait de percussions japonaises et flûte. Au piano, Raphaël Chambouvet raconte comment les notes sont des couleurs. Un humour fou se dégage de ce spectacle qui fait appel (vraiment) à la magie. Soyez prévenus, les spectateurs sont mis à contribution pour aider Marcello Magni dans ses tours !

The Valley of astonishment est un joli spectacle, dont on sort souriant et léger. La science est ici vue avec distance et légèreté. Pourtant, ce que Brook et Estienne disent ici, c’est qu’au bout d’une vie, tout ce que l’on sait, c’est que l’on ne sait rien.

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_bouffe_du_nord

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture