Théâtre

Suite n°1 « ABC », le génie de Joris Lacoste au service de la Parole

Suite n°1 « ABC », le génie de Joris Lacoste au service de la Parole

21 octobre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

« L’Encyclopédie de la Parole » est un collectif de performeurs qui depuis 2007 « cherchent à appréhender transversalement la diversité des formes orales». Voici pour la définition. Pour l’expérience, après Parlement et Le vrai spectacle, Joris Lacoste revient au Festival d’Automne avec Suite n°1″ABC », un spectacle choral et génial sur le langage.

[rating=5]

Voici six années que le collectif collecte, et jamais le terme de « collectif » n’a été employé à si juste titre. Ici, il en faut une montagne de bonnes volontés pour récolter les traces de voix. Tout sera répertorié, d’une discussion entre copines au flash info de 7h. Aucune forme de voyeurisme n’est à chercher, mais plutôt un gout de l’archive propre aux historiens.

Aprés avoir utilisé l’anadiplose dans le solo Parlement, l’hypnose dans Le Vrai spectacle, cette Suite vient jouer la chorale musicale.

Un chef d’orchestre, Nicolas Rollet vient diriger un choeur de 22 personnes qui pourra à son bon vouloir se dissocier. Eux, sont habillés « ville » et viennent non pas interpréter mais restituer, non pas un voix, mais une façon de parler.

L’exercice est réjouissant autant qu’il impressionne, car, la dextérité et l’exigence que demande cette performance tient de l’extra-ordinaire.

Quinze langues non surtitrées sont données à voir et à entendre. Du brouhaha d’une salle de spectacle à un extrait de Taxi Driver, le lien est dans la forme et non dans le fond.

Que l’on comprenne la langue ou pas cela change tout. L’incompréhension offre plus d’écoute et de surprise alors que la compréhension nous pose dans une posture classique et passive de spectateur.

L’expérience est totale et tout aussi hypnotisante que Le vrai spectacle, on ne peut être que fascinés par ce ballet de visages expressifs et incarnés. Chanteurs, parleurs, récitants, ils sont ici dans une redéfinition de l’acte de jouer : il ne faut plus interpréter, il faut restituer.

Spectacle vu le 20 octobre au Centre Georges Pompidou.

Visuel : © Ctibor Bachraty

Infos pratiques

Musée de l’armée – Hôtel des Invalides
Frac Corse
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *