Théâtre

Silvia Costa, avec les serpents et les loups

Silvia Costa, avec les serpents et les loups

12 novembre 2018 | PAR Bertille Bourdon

La metteure en scène italienne se réapproprie les Dialogues avec Leuco de Cesare Pavese pour livrer une pensée de la destinée humaine très poétique. Servis par son travail de scénographe, les mythes revisités livrent un moment onirique sensible. 

Après l’adaptation du Poil de carotte de Jules Renard, cette nouvelle pièce de Silvia Costa est l’occasion de montrer ses qualités de metteure en scène, de plasticienne et de comédienne, qualités qu’elle exerce au sein de la Societas Raffaello Sanzio des Castelluci en tant qu’actrice et collaboratrice artistique.
Une moelle de réalité 

« Le mythe est un langage. Quand nous répétons un prodige mythique, nous exprimons en quelques syllabes un fait esthétique, une moelle de réalité qui vivifie et nourrit tout un organisme de passion, d’état humain. »

C’est cette moelle de réalité décrite par Pavese en ouverture de ses Dialogues avec Leuco qui infuse le travail de Silvia Costa. Il ne s’agit pas de mettre en scène directement les mythes qu’elle a extrait de l’œuvre de l’écrivain italien, mais de tirer ce qu’ils contiennent d’universel. Ainsi, les références directes aux mythes sont effacées, ce qui permet de les libérer de la représentation que l’on en a pour les ouvrir à un nouvel imaginaire. Elle revient donc à l’essence même du mythe : sa force symbolique.

« Ils ne seraient pas des hommes, s’ils n’étaient pas tristes »

Les dieux descendent de l’Olympe pour souffler des contes aux oreilles des mortels. Ils se questionnent sur la manière dont les hommes se sont approprié la terre, les mots qu’ils ont inventés pour nommer les choses et eux-mêmes. Surtout, c’est le destin humain qui soucie les dieux. Ces mortels ont-ils besoin d’un sens à leur mort pour en donner un à leur vie ? Pourquoi l’espérance leur est-elle capitale ?
Plus que nous faire (re)découvrir ces très beaux textes de Cesare Pavese, la force du Pays d’hiver tient dans sa capacité à construire des images esthétiques marquantes. Entre les colonnes qui évoquent les temples où les hommes sacrifient pour leurs dieux, trois actrices aux bustes de plâtre et de peinture se meuvent, se métamorphosent, au fil des mythes dans une danse onirique. Elles nous mènent au cœur de la forêt, au milieu des loups et des serpents, dans un voyage où la rêverie est le terrain de la réflexion.

Le Pays d’hiver, mise en scène de Silvia Costa, à la MC 93 du 9 au 24 novembre.

Les 29 et 30 janvier – Comédie de Reims, dans le cadre de Reims Scènes d’Europe Les 7 et 8 février – CDN Orléans, Centre-Val de Loire Mars 2019 – FOG Triennale Milano Performing Art Du 23 au 26 avril – Le Quai — CDN Angers Pays de la Loire Du 2 au 4 mai – Maillon, Théâtre de Strasbourg — Scène européenne, avec le TJP Centre Dramatique National d’Alsace Juin 2019 – Festival delle Colline Torinesi / TPE Teatro Piemonte Europa Octobre 2019 – LuganoInScena au LAC – Lugano Arte e Cultura de Lugano Février/Mars 2020 – Teatro Metastasio de Prato Saison 19/20 – Teatro Stabile de Venise

Visuel : Simon Gosselin

Martine Franck inaugure la nouvelle Fondation Henri Cartier-Bresson
Les romans finalistes du prix Goncourt des lycéens sont annoncés !
Bertille Bourdon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *