Théâtre
Short stories, les chroniques glam de Sylvain Maurice

Short stories, les chroniques glam de Sylvain Maurice

04 mars 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Sylvain Maurice a présenté les 3 et 4 mars, aux professionnels, au Théâtre Sartrouville Yvelines CDN, sa dernière création, Short Stories, d’après les nouvelles de Carver, une plongée lumineuse et bienveillante sur « Les américains »

 

« On finit le gin et on va dîner ? »

Toujours en résistance face à une politique incompréhensible et injuste qui méprise chaque jour un peu plus les acteurs culturels, les théâtres ouvrent leurs portes aux professionnels, pour le plaisir de jouer, pour la mémoire de ce temps où en France, la culture a été piétinée. La mise en scène si parfaite de Sylvain Maurice mérite d’être vue, et elle le sera un jour, quand nous serons enfin entendus. Pour le moment, le CDN espère pouvoir jouer du 24 juin au 3 juillet. Dans ce contexte, les Short stories apparaissent encore plus hors du temps, presque cinématographiques. Nous sommes face à un cadre de scène blanc qui va se parer de différentes couleurs. Un rideau comme magique lui aussi passe du rose fuchsia au bleu ou au rouge. Il y a quelque chose du royaume de Lynch ici, dans ces personnages qui changent de perruque comme de robe en quelques secondes, qui changent d’identité et de problème, qui parlent en voix off ou en direct, dans un entre-deux à la fois d’époques et de sentiments.

Alors ici, c’est le monde d’avant le monde d’avant, celui où les téléphones sont filaires, celui où le numéro ne s’affiche pas quand ça sonne. Celui où les restaurant sont ouverts, où l’on boit (trop) entre amis avant d’aller dîner.

Love etc…

La sélection de Sylvain Maurice est fine, 6 nouvelles parmi les 60 de Carver qui ont été révélées par Robert Altman  dans Short Cuts en 1993. Le film est sans appel. C’est une satire de l’Amérique qui finit en tremblement de terre. D’ailleurs le titre original est « The americans ». Maurice est plus bienveillant. Au plateau, Anne Cantineau, Rodolphe Congé, Jocelyne Desverchère et Pierre-Félix Gravière sont tour à tour ou parfois ensemble confrontés à, 5 fois sur 6, des petits riens du quotidien qui partent loin. Jocelyne Desverchère ouvre le jeu dans une histoire rocambolesque de voisinage. Anne Cantineau est géniale au bout du fil ( invisible) troublée par la voix de Pierre-Félix Gravière lui aussi bien dépassé ! Rodolphe Congé est parfait en mec revenu de tout qui ressert tout le monde.

Mais le point commun de ces histoires, c’est qu’il est toujours question d’un couple, qu’il soit présent sur scène ou pas. Couple officiel ou officieux, couple uni dans le désir ou dans la peine. 

Show must go on

On le sait, Sylvain Maurice est fou de lignes et de lumière. Que ce soit dans Réparer les Vivants ou dans Un jour je reviendrai, il sculpte son décor avec des projecteurs. Ici, la mise en lumière de Rodolphe Martin ajoute un glamour à cet univers vintage mais aussi le place dans une référence directe à Joël Pommerat, sans aucun plagiat. Sylvain Maurice met lui aussi les gens à table dans un carré de lumière avec une voix off, un peu comme au cinéma. Comme chez Robert Altman, si fou de jazz, ici aussi ça swingue pas mal avec la guitare live de Dayan Korolic et les chansons de Danielle Carton. Aussi comme à télévision, car il y a le côté délicieux de la série américaine en VF, où ils s’appellent Howard, Ann, Bill mais nous parlent dans notre langue. 

Nous passons ainsi d’une histoire à une autre, sans aller-retour. Ici on va de l’avant et même, dingue, ça finit bien. 

Visuel : ©Christophe Raynaud de Lage

 

 

 

Danielle Carton

 

Enregistrement de La Fille de Mme Angot, école-laboratoire Bru Zane
Nicolas Maury présidera le jury de la Queer Palm
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture