Théâtre

Sherlock remake and come back

25 mai 2009 | PAR Erwan

sherlock_holmes_hautSherlock Holmes est de retour.

Est-ce, (oui c’est) le manque d’imagination qui nous fait exhumer toutes les figures connues les unes après les autres ? Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, voilà un énième pot que l’on dévisse pour permettre aux  jeunes chroniqueurs de finir leurs articles par le fameux « élémentaire mon cher Watson« , phrase jamais écrite par Conon Doyle. A l’heure où l’on vante la créativité des séries américaines, mais aussi anglaises, le cinéma passe son temps à ressusciter les morts.

Car après tout, quelle est l’actu de ce vieux Sherlock ? Aucune. Il y a vingt ans, il se faisait dépoussiérer, aujourd’hui, il se fait lifter. Mais il ne s’agit rien d’autre que d’une actualité artificielle que l’on crée, un prétexte, pour une vulgarisation à la sauce actuelle. La plupart des scénarios issus de telles résurgences donnent des films qui laissent, après la satisfaction d’avoir revu nos héros familiers et rassurants, un goût agréable, jamais impérissable.

Cette fois-ci, c’est Robert Downey Jr qui incarne le détective. Après trois interprétations d’Iron Man (…), le sex-symbol sera en compagnie du talentueux Jude Law, autre sex-symbol, et le film sera réalisé par le sex symbol Guy Ritchie, (l’ex de, mais surtout le réalisateur d’Arnaques, Crimes et Botanique). C’est ce casting 100% british qui fera revivre le détective britannique. A voir la bande annonce, porteuse des préjugés que l’on veut nous faire admettre, il s’agira bien d’une « super » production sur le mode « grand » divertissement. Rien de Sherlock, sinon le nom…

Erwan Gabory

« Le jour de l’Italienne » : quand le théâtre se met en scène…
Chronique de Cannes : salut les copains !
Erwan

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *