Théâtre

« Shakespeare is dead, get over it! » au Théâtre du Rond Point

« Shakespeare is dead, get over it! » au Théâtre du Rond Point

09 juin 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

« Vivez proprement, pensez au suivant » a dit Godard, ce cher Jean-Luc que les quatre comédiens brillants du collectif ildi eldi invoquent toute une pièce durant pour nous raconter l’histoire d’amour foireuse mais intense entre William l’alter mondialiste et Anne, la fan de Shakespeare. « Shakespeare is dead, get over it »  signe un vent de changement au Théâtre du Rond -Point, glissant pour notre grand bonheur vers un théâtre très contemporain,  qui à l’instar de Genêt « ne doit pas divertir le public mais l’éblouir ». Préparez-vous à rire franchement, à être perturbé dans vos habitudes et finir par être touché.

Pendant l’entrée du public les comédiens se promènent sur un plateau foutraque qui mêle  un studio d’enregistrement, un appartement et un hôpital, le tout ponctué par des panneaux montés sur roulettes. Un vrai faux départ et ils nous balancent un  texte drôlement décousu qui mêle la mort d’un Daim tué par le grand Will, la mort de Marylin et aussi, une manif anti Gap. Le point commun? Oui, il y a en un, une date, le 5 août, où tous ces événements ont eu lieu. Le 5 août toujours William et Anne se rencontrent autour d’une certitude, un film de Godard, suivie d’un doute… mais lequel? L’un pense Le Mépris, l’autre Deux ou trois choses que je sais d’elle.

Cela change-t-il quelque chose? Les vies sont-elles prédestinées? La pièce pose avec justesse et humour fin les questions soulevées par la crise de la trentaine. Nos quatre personnages sont interchangeables et  utilisent souvent le récit rapporté. William et Anne sont tous les couples tiraillés entre leurs rêves et leur réalité. Elle vit dans un XVIIe siècle fantasmé, il manifeste bobo travaillant chez Gap, contre Gap… Les paradoxes et les résignations sont légions dans ce spectacle qui vient casser les illusions adolescentes.

Pour ces enfants de baba-cool, le dieu c’est Godard leur indiquant le chemin. En prophète, sa voix jaillit, ici remarquablement bien imitée, venant dire la vérité vraie à ces âmes paumées. Confrontés au réel, nos héros feront-ils un choix tragique ou raisonnable?

Toulouse : Electric Artyland fait le lien entre musique et Beaux arts
Laurence Fishburne ne sera plus un expert
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *