Théâtre

[Saison 15/16] Deuxième saison pour Marie-José Malis et Philippe Quesne

[Saison 15/16] Deuxième saison pour Marie-José Malis et Philippe Quesne

05 juin 2015 | PAR Christophe Candoni

Marie-José Malis et Philippe Quesne, respectivement à la tête de La Commune d’Aubervilliers et des Amandiers à Nanterre depuis plus d’un an, ont dévoilé cette semaine leur deuxième saison et confirmé les nouveaux enjeux et horizons proposés à travers des programmes internationaux et pluridisciplinaires tournés vers une nouvelle génération d’artistes.

« Les choses changeront ». Ce sont les premiers mots, empruntés à Hölderlin et adressés par Marie-José Malis au public dans la nouvelle brochure du Théâtre de la Commune tandis que Philippe Quesne et Nathalie Vimeux revendiquent dans leur édito vouloir « inventer des mondes possibles » en rêvant d’un théâtre pour le temps présent.

D’abord à Nanterre puis à Aubervilliers, avant le Théâtre de la Ville à Paris, Jérôme Bel, artiste majeur de la danse contemporaine, présentera Gala, sa nouvelle création, pour laquelle, comme à l’accoutumée, il réunira sur scène des artistes professionnels et des amateurs (de Seine-Saint-Denis) pour ainsi ouvrir le théâtre à des individus et des corps qu’il ne représente pas.

Un théâtre qui n’est pas coupé du monde, des gens, de la vie, c’est l’ambition des pièces d’actualités à l’affiche de La Commune. Il s’agit de commandes faites à des artistes à qui il est demandé : « La vie des gens d’ici, qu’est-ce qu’elle inspire à votre art ? ». C’est par exemple dans ce cadre qu’un collectif de migrants installés 81 Avenue Victor Hugo à Aubervilliers (l’adresse donne son titre à la performance) prenait la parole et suscitait un véritable choc artistique, politique et humain. La pièce est finalement programmée au festival d’Avignon et reprise en ouverture de saison en septembre prochain. Pour l’année à venir, les berlinois Rimini Protokoll et Bruno Meyssat ont répondu présents tout comme Rodrigo Garcia qui par ailleurs signera à Nanterre, dans le cadre du Festival d’Automne, sa prochaine pièce intitulée 4.

Marie-José Malis réalisera deux mises en scène de pièces peu connues de Pirandello, La Volupté de l’honneur et On ne sait comment tandis que Philippe Quesne redonnera L’Effet de Serge, un spectacle phare créé en 2007 et en tournée depuis dans une trentaine de pays qui bénéficiera d’une programmation atypique puisqu’il sera donné un dimanche par mois tout au long de la saison. Il fera aussi venir à Nanterre la pièce qu’il va bientôt monter au Müncher Kammerspiele avec l’acteur flamand Johan Leysen et la troupe munichoise. Comme son titre l’indique, Caspar Western Friedrich, s’inspirera autant de l’univers des cow-boys que du romantisme allemand.

Très germanophone, la saison d’Aubervilliers comprendra une création de Laurent Chétouane, metteur en scène et chorégraphe français qui vit et travaille en Allemagne depuis 2002, à partir du célèbre essai de Kleist Sur le théâtre de marionnettes, une nouvelle mise en scène d’un ancien texte de Falk Richter, Sous la glace, et la recréation par Nicolas Stemann de Werther ! un spectacle anthologique qui date de 1997 et qui n’a jamais quitté depuis le répertoire du Thalia Theater de Hambourg. Philip Hochmair s’empare d’une manière décapante du monument littéraire de Goethe dans cette nouvelle mouture bilingue produite par le Théâtre Vidy-Lausanne.

Nanterre accompagne et s’associe à de nombreux artistes tels Claude Régy qui reprendra La Barque le soir de Terjei Vesaas avant de signer un nouveau spectacle en ouverture de la saison 2016/2017, Joel Pommerat qui répète déjà à Nanterre ça ira (1) Fin de Louis. Gisèle Vienne est de retour avec The ventriloquists convention, une création pour 9 ventriloques et leurs marionnettes. Milo Rau également présent la saison écoulée présentera The Dark Ages qui met en scène cinq comédiens originaires d’Allemagne, de Russie, de Bosnie et de Serbie pour évoquer un pan sombre de l’histoire courant de la fin du troisième Reich à la guerre de Yougoslavie. D’autres artistes seront programmés pour la première fois aux Amandiers. C’est le cas de Yan Duyvendak qui proposera Sound of music une comédie musicale apocalyptique sur des textes de Christophe Fiat et des chorégraphies d’Olivier Dubois, du directeur du Point du jour à Lyon, Gwenaël Morin pour une reprise de ses Molières, d’Eszter Salamon et Mariano Pensotti ainsi que du jeune metteur en scène suisse Thom Luz avec deux spectacles.

Hier, le théâtre de Gennevilliers sortait lui aussi sa saison 15/16. L’actuel directeur, l’auteur et metteur en scène Pascal Rambert, y montera sa nouvelle pièce intitulée Argument avec Laurent Poitrenaux dans la distribution. Des figures phares de la scène internationale y sont attendues, en tête Anne Teresa De Keersmaeker pour un spectacle de danse autour de la poésie de Rilke et Romeo Castellucci pour deux productions.

Le festival les Très Jeunes Créateurs Contemporains au T2G
Images à charge: la captivante exposition du Bal
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *