Théâtre
[Saison 15/16] Une constellation d’habitués à La Colline

[Saison 15/16] Une constellation d’habitués à La Colline

04 mai 2015 | PAR Christophe Candoni

Pour sa prochaine saison à la Colline, Stéphane Braunschweig signera deux spectacles (une création et une reprise) et accueillera une large constellation d’habitués parmi lesquels Stanislas Nordey, Christophe Honoré, Christian Schiaretti, Galin Stoev ou  Daniel Jeanneteau.

Avant la reprise du Canard Sauvage d’Ibsen, le directeur du Théâtre national de la Colline présentera en ouverture de saison une nouvelle mise en scène des Géants de la Montagne et retrouvera à cette occasion le dramaturge Luigi Pirandello dont il avait adapté à Avignon le célèbre Six personnages en quête d’auteur. A côté du classique sicilien, trois spectacles de Daria Deflorian, Antonio Tagliani et Lucia Calamaro représenteront la scène contemporaine italienne.

Christophe Honoré qui avait signé Nouveau Roman, fresque théâtrale faisant revivre les grandes figures des Editions De Minuit (Butor, Mauriac, Robbe-Grillet, Simon, Pinget, Duras, Sarraute), s’attaquera cette fois à Gombrovitz dans Fin de l’histoire. Le bulgare Galin Stoev fera découvrir Les gens d’Oz de Yana Borissova et Daniel Jeanneteau mettra en scène La Ménagerie de verre, l’une des plus belles œuvres de Tennessee Williams, avec Dominique Reymond.

Christian Schiaretti et Michel Vinaver qui avaient créé ensemble sur la scène de la Colline Par-dessus bord dans sa version intégrale en 2008 se retrouveront autour de la dernière pièce publiée par l’auteur à l’âge de 87 ans, Bettencourt Boulevard, qui mettra en scène les principaux protagonistes de l’affaire Bettencourt dont l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, François-Marie Banier, Eric Woerth, Liliane Bettencourt et sa fille, Françoise Bettencourt Meyers.

C’est un autre duo gagnant, plus encore, ce sont deux frères de théâtre dont on attendait avec impatience les retrouvailles : le metteur en scène français Stanislas Nordey et le dramaturge allemand Falk Richter vont retravailler ensemble après les électrisants Das System et My Secret Garden, événements des Festivals d’Avignon 2008 et 2010. Le spectacle Je suis Fassbinder ouvrira également le mandat de Nordey à la tête du Théâtre national de Strasbourg.

Le cinéma inspire la nouvelle génération dont fait partie Julie Duclos. Cette dernière reprendra Nos serments, sa très libre adaptation, aussi brillante que futile, de La Maman et la Putain de Jean Eustache, gros succès de la saison passée. Nicolas Liautard adaptera au plateau Scènes de la vie conjugale de Bergman dont il a déjà présenté une maquette en diptyque avec les représentations de sa pièce tirée du Mépris  de Moravia et de Godard en début d’année. Bergman toujours avec Frank Vercruyssen qui reprendra sa version d’Après la répétition avec Georgia Scalliet de la Comédie-Française.

Après le triomphe de Platonov par Les Possédés qui a valu dernièrement à Emmanuelle Devos le Molière de la Comédienne du théâtre public, Tchekhov est à nouveau à l’honneur ainsi que les écritures collectives de plateau puisque les tg Stan donneront une Cerisaie. Christiane Jatahy, révélation du festival temps d’images au 104, proposera une revisite contemporaine et cinématographique des Trois sœurs avec  What if They Went to Moscow ?

La très bonne surprise de la saison à venir est la première parisienne de Splendid’s de Genet dans l’éblouissante mise en scène de Arthur Nauzyciel, un immense artiste bien que discret, trop peu présent sur les scènes de la capitale. Après sa création à Orléans et une tournée en France (à Tours, Lille, Reims entre autres), la pièce montée avec des acteurs américains restituera toute sa force virile et poétique magnifiée par Nauzyciel.

Visuel © Elizabeth Carecchio / Frederic-Nauczyciel

Gagnez 2 pass 3 jours pour le festival Papillons de Nuit (22-24 mai)
Patachou, une voix qui était la chanson même
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture