Théâtre
« Sahar et Jérémy » : peut-on échapper à sa filiation ?

« Sahar et Jérémy » : peut-on échapper à sa filiation ?

14 mars 2014 | PAR La Rédaction

Au théâtre du Petit Hébertot depuis le 5 Mars et jusqu’au 14 Avril, la pièce  Sahar et Jérémy est un petit trésor de dramaturgie. Du texte signé Aurore Auteuil à l’interprétation par elle-même des deux personnages de l’histoire,  Sahar et Jérémy vaut le détour.

 Quand on arrive devant le théâtre du Petit Hébertot à 19h50 et que dans la cour devant la porte se trouve Daniel Auteuil qui discute, on se dit que tout est joué, que la pièce ne sera qu’une mascarade d’une énième fille de…

On continue à se le dire durant les cinq premières minutes de la pièce, interloqué devant le jeu étrange d’une Aurore Auteuil portant un bonnet pour incarner le personnage principal de son histoire: Jérémy. Jérémy semble être une caricature de misère… issu de la pauvreté, enfant battu, il se saoule tous les week-end pour séduire… l’étrangeté c’est qu’Aurore Auteuil interprète ce rôle avec une sorte d’accent de banlieue maladroit, dans un langage plus que soutenu… on est légèrement dérangé par ce grand écart… Puis après quelques minutes on entre dans l’intrigue… dans cette histoire de vie, d’amour, de passion déchirante entre Jérémy et la femme qui peut-être le sauvera de lui-même : Sahar. Quand Aurore Auteuil retire le bonnet qui représente Jérémy et laisse entrevoir sa chevelure blonde platine pour interpréter Sahar le résultat est bluffant. Elle devient cette femme charismatique qui fait flancher Jérémy et il n’y a pas de doute là-dessus… on ressent leur amour, on le vit avec eux. La comédienne est excellente. On le savait puisqu’elle avait été nommée aux Molières 2011 pour Le vieux juif blond d’Amanda Sthers et dans Sahar et Jérémy où elle joue seule en scène pendant 65 minutes, elle confirme son talent. On en oublie sa filiation. Auteur de talent Aurore parvient à nous embarquer dans cette histoire d’amour touchante, réaliste mais délicate. Il faut dire que la mise en scène de Ladislas Chollat (qui a collaboré avec Aurore dans Je ne serai pas au rendez-vous) participe au voyage : une scène vide, des panneaux voilés de part et d’autre du plancher, et des projections lumineuses qui créent le décor, l’univers, la poésie.  C’est simple et onirique, comme cette pièce qui a reçu des applaudissements à s’en chauffer les mains, et qui mérite le détour.

Sahar et Jérémy, durée du spectacle : 1h05. Du 5 Mars au 19 Avril 2014 (du mercredi au Samedi à 20h) au théâtre du Petit Hébertot, 78 bis Boulevard des Batignolles, Paris 17ème (M° Villiers ou Rome). Locations au 01 42 93 13 04. Prix des places. : 26€ (11€ pour les moins de 26 ans, sauf le Samedi).

Nausicaa Ferro

Crédit Photo : © Céline Nieszawer

Infos pratiques

Festival Kaléidoscope
La Manutention
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture