Théâtre
Retour sur l’étape de travail de « Celui qui s’en alla connaître la peur » de Lisa Guez

Retour sur l’étape de travail de « Celui qui s’en alla connaître la peur » de Lisa Guez

01 février 2021 | PAR Mahaut Adam

Une nouvelle fois, nous, journalistes privilégiés, avons pu assister à une représentation au Maïf Social Club, ou plutôt à une étape de travail de la pièce Celui qui s’en alla connaître la peur de Lisa Guez. Dans cette création collective, sept acteurs de tous les âges jouent et composent autour d’un conte sur la figure d’un jeune homme manipulateur de retour dans son village natal où tout le monde l’adule. 

Sa précédente pièce, Les femmes de Barbe bleuereprenait elle-aussi le merveilleux et le conte pour faire parler le désir féminin et les processus de dominations masculines. Ici se décline un conte polyphonique sur les relations qui animent les êtres au sein d’une famille ou d’un village, entre l’amitié, l’admiration et l’amour entre deux êtres.

Des voix s’élèvent; celle d’un jeune revenu à son village natal, ayant passé des mois dans un hôpital psychiatrique, quoi qu’en dise sa mère aux autres du village ; une jeune femme amoureuse, sortie elle aussi de l’hôpital ; un père, amoureux de la mère de ce jeune et son fils, lui-même attiré par cet homme séduisant et ensorcelant.

Tous ces personnages se rencontrent, toutes ces scènes se mêlent, dans un ordre décousu car il s’agit d’une étape de travail, d’un aperçu de ce que sera la pièce finale. Malgré cela, une profonde poésie jaillit déjà de ce texte qui semble lier les genres ; le conte, le merveilleux, l’épistolaire, tous incarnés par l’énergie d’acteurs qui en ont à revendre. 

Cet aperçu nous laisse confiants sur l’avenir de cette pièce et sur le talent de cette jeune génération d’acteurs tous aussi rayonnants les uns que les autres. 

Idée originale et conception : Lisa Guez et Arthur Guillot
Mise en scène : Lisa Guez
Production : Immersion Nomade
Avec : Baptiste Dezerces, Arthur Guillot, Nelly Latour, Isa Mercure, Mathilde Panis, Maxime Tshibangu, Cyril Viallon

Thaïs à Monte-Carlo : Rebeka, Tézier et Borras subliment l’âpre rencontre de la courtisane et du moine exalté
Possessor Grand Prix du 28e festival de Gérardmer
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture