Théâtre

Rencontre avec Estelle Koenig, prochainement à l’affiche de L’aspirine à la Paille

15 avril 2010 | PAR Geraldine Pioud

Rencontre avec Estelle Koenig, qui a écrit et joue « L’aspirine à la Paille », un duo de filles sans concession et sans tabou! Un spectacle à voir prochainement… N’hésitez pas à tenter votre chance pour gagner vos places avec notre jeu concours!

Quel est ton parcours?

Dès l’âge de trois ans je voulais faire du théâtre. À l’époque j’habitais à Sevran et il n’y avait pas d’école de théâtre. Un jour une école s’est ouverte et ma mère m’y a inscrite. Puis à l’âge de 11 ans, avec une amie du cours de théâtre, on a écrit une pièce qui s’appelait «  Saumon et Emma », un remake de « La petite sirène ». L’année d’après nous sommes allées  au cours Simon. Nous y sommes restées 4 ans. Pendant le lycée j’ai arrêté de faire du théâtre par manque de temps. J’ai repris à la fac à Censier. Puis j’ai pris des cours à l’Acteur Côté Cour et au cours Florent. C’est à ce moment que j’ai décidé d’écrire « L’aspirine à la paille ». Une nuit j’ai imaginé une mise en scène : deux personnages qui vivent les mêmes choses mais qui les voient de façons différentes. Je l’ai fait lire à Sandrine Gillet, qui joue encore avec moi dans le spectacle, et elle a adoré. Puis on l’a montré à Frédérick Guillaud qui est devenu notre metteur en scène.

De quoi parle « L’aspirine à la Paille »?

C’est une histoire d’amitié entre filles qui est finie. Chacune est chez elle et elles parlent de leurs souvenirs en commun, de tout ce qu’elles ont pu vivre ensemble et à chaque fois on a la version de « la coincée qui gonfle tout le monde » et de « la délurée sympa ». Ce sont des portraits entre-croisés. On est tout le temps ensemble mais l’espace est divisé : d’une côté un fauteuil vert, de l’autre un fauteuil rouge, et on parle à tour de rôle.

Et d’où vient le titre?

De mon personnage. En fait elle a des petits problèmes avec l’alcool il faut bien le dire, et après une soirée bien arrosée elle prend une aspirine et la boit avec une paille de cocktail qui lui restait dans les cheveux.

C’est un spectacle qui a déjà un joli passé.

Il tourne depuis 6 ans, dans différents théâtres : Blancs Manteaux, théâtre des Deux Rêves, théâtre Mouffetard, au Méry (où on a fait la captation pour le DVD) et maintenant au Point Virgule. Et aussi sur une péniche, qui s’appelle Story Boat! Les personnages mûrissent en même temps que nous, on change la façon de jouer mais pas le texte. On a juste enlevé 10 min pour qu’il fasse 1 heure. J’ai aussi écrit pour des sketchs ou des publicités. Et là j’écris un nouveau spectacle qui parle d’une soirée après un enterrement : ce sera le même texte joué par des femmes, puis par des hommes. Je n’ai pas encore de titre. Mais cela va rester dans l’humour, parce que je pense qu’on arrive à faire passer plein d’idées et d’émotions par le rire. C’est naturel pour moi! Mais par contre j’aimerais qu’on me propose des rôles à l’inverse de ça… Par ailleurs j’écris aussi un spectacle pour une amie (celle avec qui j’ai fait « Saumon et Emma! »), quelque chose qu’elle jouerait seule. Là ce serait une histoire continue, pas une succession de sketchs.

Que dire pour que les gens aient envie de venir?

C’est un spectacle qui s’adresse à tout le monde. Et personne ne ressort déçu! On peut se reconnaître dans ces personnages : dans l’une, dans l’autre, ou dans les deux!

Propos recueillis par Géraldine Pioud
Photos de Antonin Bouix et Vincent Coupeau.

L’aspirine à la Paille, de et avec Estelle Koenig et avec Sandrine Gillet
Mise en scène de Frédérick Guillaud
Au Point Virgule
7, rue Sainte Croix de la Bretonnerie
75004 Paris
01 42 78 67 03
Les 25, 26 et 27 Avril 2010 et les 2, 3 et 4 mai 2010 à 19h
Plus d’informations sur le Myspace de L’aspirine à la paille
Représentations les 6, 7 et 8 mai 2010 à la péniche Story Boat. Plus d’informations sur le site de la péniche.

The Band is all right à l’OPA Bastille
Gagnez 3×2 places pour chaque représentation de L’aspirine à la Paille
Geraldine Pioud

One thought on “Rencontre avec Estelle Koenig, prochainement à l’affiche de L’aspirine à la Paille”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *