Théâtre
Règne, au Théâtre La Flèche : de la soumission à la tyrannie, quand le pouvoir change de camp

Règne, au Théâtre La Flèche : de la soumission à la tyrannie, quand le pouvoir change de camp

28 septembre 2020 | PAR Geraldine Elbaz

Après Sous la peau, Le Collectif 97 grammes revient au Théatre La Flèche avec une deuxième création originale et déjantée signée Idir Chender et Anne-Clotilde Rampon, jusqu’au 8 octobre 2020.

L’ambiance est décontractée et musicale sur le plateau quand le public s’installe. Le décor est minimaliste. Adel Aribi joue un riff hypnotique à la guitare. La jeune troupe se met en place et l’histoire commence avec un directeur furieux (Frédéric Siuen) à cause d’une porte ouverte. Il cherche un responsable et le ton est donné : d’emblée on est dans un rapport de pouvoir, d’autorité où les forts cherchent à écraser les faibles.

Rosetta Belle (Anne-Clotilde Rampon) est une victime qui subit tout ce qui lui arrive sans protester. Humiliée et méprisée, elle ne sait pas se faire respecter, c’est tout juste si elle peut respirer…
Au travail, en famille, avec les autres, elle doit apprendre à dire non, se révolter et s’affirmer pour ne pas se laisser dominer.

Une victime est-elle condamnée à le rester toute sa vie ou peut-elle reprendre le pouvoir ? Quand l’opprimée s’insurge et décide de ne plus subir de violence, d’injonctions, quels mécanismes sont mis en place ?

Les comédiens sont totalement investis, brossent une large palette d’émotions, mise en exergue par une jolie illustration musicale. C’est tour à tour grave et drôle, parfois hystérique. En dénonçant les abus, ils incitent le public à s’interroger sur les ressorts psychologiques des personnages.

Idir Chender propose ici une mise en scène habile et participative : en demandant au public d’interagir avec la comédienne, le spectateur devient acteur et est confronté à sa propre morale.

Pendant un peu plus d’une heure, on suit le parcours résilient d’un souffre-douleur qui va basculer de manière insidieuse dans la tyrannie. De la proie au chasseur, de la folie victimaire à l’urgence prédatrice, le spectacle interroge les rapports de pouvoir, la complexité de l’homme et ses contradictions.

Règne, de Idir Chender & Anne-Clotilde Rampon, au Théâtre La Flèche, jusqu’au 8 octobre 2020, les jeudis à 21h. Durée : 1h10.

Crédit Photos : (c) Marie Charbonnier

Infos pratiques

Robert Plant Digging Deep Subterranea : une anthologie de ses explorations sonores !
Ouverture de saison beethovénienne à l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *