Théâtre

PROVIDENCE de Neil LaBute dans une mise en scène de Pierre Laville aux Déchargeurs

PROVIDENCE de Neil LaBute dans une mise en scène de Pierre Laville aux Déchargeurs

04 avril 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Pierre Laville monte un texte de 2002 du dramaturge américain Neil LaBute. Par l’engagement de Xavier Gallais et Marie-Christine Letort ce texte se transforme en une pièce magnétique.

 

Une Légende urbaine

La pièce de Neil LaBute fut une des premières réponses du théâtre aux attaques du 11 septembre. On y rencontre le personnage de Ben. Le 11 septembre Ben qui travaillait au World Trade Center est absent de son bureau, car il est chez sa maîtresse qui est aussi sa patronne. Songeant que sa famille pense qu’il a été tué dans l’effondrement des tours, Ben envisage d’utiliser la tragédie pour s’enfuir et commencer une nouvelle vie avec sa maîtresse. Neil LaBute s’est inspiré d’une légende urbaine. Cette idée folle fut donc dans l’air.

 Que faire de ses mauvaises pensées ?

Les deux tours brûlent dans une vidéo projetée sur le rideau qui bientôt se lève sur un homme avachi dans un canapé et assailli par les sonneries de son téléphone. Après l’attentat, sa famille, ses amis veulent avoir de ses nouvelles. Contre toute attente, il ne veut pas répondre. La transgression est absolue, car elle rompt avec plusieurs strates de l’ordre moral en même temps qu’elle profane tous les sentiments, de la compassion à la plus profonde miséricorde. Pourtant l’effet d’aubaine des attentats est dans la nature même de l’acte terroriste. Un attentat n’a de valeur et de profit que dans les réactions irrationnelles d’un camp comme de l’autre. La transgression est déjà dans l’air.

Les deux personnages rêvent d’un amour absolu. Xavier Gallais interprète tout en finesse un homme taraudé tout à la fois par la recherche égoïste du bonheur et par la lourde exigence sociale. Marie-Christine Letort est divine dans l’interprétation de cette femme qui veut tout, c’est à dire l’impossible union de la transgression et de la loi . Les deux comédiens sont remarquables.

Engoncé dans une morale mise en exergue par le traumatisme collectif de l’attentat, Ben fait naufrage lorsqu’émerge en lui un impossible songe fugace dont il ne pourra se débarrasser, car lorsqu’une idée est là il est déjà trop tard. Cette pièce donne à voir la solitude de cet homme par le geste théâtral, littéraire et philosophique talentueux de Pierre Laville et de ses deux acteurs. 

Texte : Neil LaBute
Adaptation : Pierre Laville
Mise en scène: Pierre Laville
Comédien(s) : Xavier Gallais Marie-Christine Letort
Assistant mise en scène: Antoine Courtray
LES DÉCHARGEURS
3, rue des Déchargeurs 75001 PARIS
du lundi au vendredi de 16h à 21h30

Avec Paul Agnew, un concert sans fausse note pour clore le week-end Bach de la Philharmonie de Paris
« Une famille très française », Maëlle Guillebaud dans la tête d’une adolescente
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *